CréateurLifestyle

La céramique comme on l’aime : rencontre avec Mash Design

    0

    Limoges, c’est la capitale des arts et du feu, alors la céramique, ça nous connaît ! Loin de l’assiette blanche estampillée, ce qui plaît à L’Homme en Bleu, ce sont les jeunes créateurs impertinents et audacieux. Direction le 15 rue Lamartine où, dans l’écrin d’une cour, se niche l’atelier de Marie-Anne Saint-Hubert aka Mash Design.


    Quand les bordelais décident de s’installer à Limoges

    Après des études de design à l’école des Beaux-Arts de Bordeaux, un an à l’ENSA de Limoges et deux ans de travail en tant qu’assistante, Marie-Anne a eu envie de monter son atelier et de se centrer sur des projets personnels. 

    Elle décide alors de s’installer à Limoges qu’elle considère comme une ville en devenir, fascinée par ses savoir-faire et riche du réseau de céramistes qu’elle a pu créer lors de ses études. 

    Limoges est venue à moi !

    Après plusieurs mois de travaux, elle ouvre son atelier il y a près de deux ans, véritable laboratoire où elle confectionne ses pièces et dans lequel se cache aussi un studio pour les résidences d’artistes.

    Au cœur de la création et de la céramique

    La force de Mash Design c’est sûrement de ne pas avoir de formation de céramiste. Ses différents stages l’ont menée dans plusieurs manufactures de Limoges et l’ont jetée dans le grand bain de la fabrication.  Elle se définit elle-même comme une designer maker un peu punk.
    Marie-Anne joue avec la matière, la pousse dans ses retranchements ce qui donne un résultat osé et poétique.

     J’ai besoin de faire pour me rendre compte des choses.

    Parmi ses créations, la plus emblématique est sûrement la mangeoire à oiseaux, association de céramique, de bois et de fils rappelant les techniques d’accastillage.
    Les animaux aussi ont le droit de manger dans de la porcelaine !

    Mais on craque aussi sur les tasses rocking-chair et les vases tubes modulables à l’infini !

    Comment acquérir de telles merveilles ? Rien de plus simple ! Certaines pièces sont en vente à la Quincaillerie électrique et bientôt à la boutique du Musée Adrien Dubouché.
    Une envie particulière ? Tu peux contacter Mash Design directement via son Instagram.

    Côté budget, compte entre 20 et 60€ : chaque pièce est unique et personnalisable. Côté délai il faut prêt de trois semaines pour une pièce sur mesure mais pas d’affolement, un bon nombre de pièces a été mis de côté dans la hotte de Mash Design pour ceux qui voudraient mettre de la céramique au pied du sapin !

    De nombreux projets à venir

    Après avoir mangé dans ses assiettes au dîner de gala de Toques et porcelaine, c’est à La Locale que nous pourrons déguster notre café dans du made by Mash Design : la livraison de 85 tasses et sous-coupes y est prévue pour fin janvier !

    Le travail de Mash Design sera aussi visible dès le 7 décembre à la galerie La Vitrine : elle a produit des pièces pour l’artiste Lidia Lelong qui y seront exposées.
    On nous souffle à l’oreillette qu’une exposition se trame au Four des Casseaux pour le mois de mai 2020.


    Mash Design
    Page Facebook
    Page Instagram
    Page Etsy

    Marine C.
    Un livre à la main et des gommettes dans l'autre, Marine aime découvrir de nouvelles expos et la crème brûlée.

      L’Art et le (bon) Vin s’invitent à l’IF ce week-end !

      Article précédent

      Le Tartempion, du bonheur dans ton assiette

      Article suivant

      Commentaires

      Laisser une réponse

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *