RestaurantResto - Bars

Le Bouillon Limousin : l’art nouveau au menu

0

Après des mois de tentatives vaines, l’Homme en Bleu a enfin réussi à déguster un repas au Bouillon Limousin. Victime de son succès, il était impossible de réserver, mais par miracle, lors de sa dernière tentative, l’Homme en Bleu a obtenu une table pour la semaine suivante. Il pourra enfin juger ce qui fait le renom de cet établissement.

Un authentique bouillon parisien

L’Homme en Bleu connaissait déjà l’ancienne adresse située au 5 rue du 71e Mobiles. Il se demandait comment ils avaient préservé l’intérieur, entièrement de style art nouveau. Il n’a pas été déçu. L’ambiance te plonge véritablement dans les années folles, avec des affiches d’Alphonse Mucha et de Toulouse Lautrec à l’honneur, de magnifiques vitraux floraux, et le travail du bois verni caractéristique de l’époque. Tu te retrouves véritablement dans l’atmosphère d’un bouillon parisien.

Photo issu du site internet du Bouillon Limousin car il y avait beaucoup trop de monde !

Cependant, l’Homme en Bleu ne se rend pas au restaurant seulement pour sa décoration. Alors, qu’en est-il des plats ?

Le Bouillon Limousin : bien plus qu’une décoration

Premièrement, l’Homme en Bleu s’est penché sur la carte des prix :

  • Un menu du midi avec entrée, plat, et dessert à 19,90 euros.
  • Le plat du jour à 10,90 euros.
  • Un menu disponible au déjeuner et au dîner à 35 euros.

L’Homme en Bleu s’est laissé tenter et a opté pour une entrée à la carte, un plat du jour, et un dessert (accompagné d’un kir limousin et d’un café) pour un total de 20,30 euros.

Le rapport qualité-prix est indéniablement respecté, car il est ressorti de table repu.

En entrée, il a succombé à l’une de ses spécialités favorites : l’œuf sauce vigneron, également connu sous le nom d’œuf meurette. Parfait, bien que légèrement trop salé en raison d’une tranche de jambon cru un peu généreuse, mais cela ajoute une dimension gourmande à l’ensemble.

Quant au plat, en journaliste gourmand, il a choisi le plat du jour : Palette à la diable avec petits légumes et purée de patate douce. (Pour les néophytes, une palette à la diable est une sorte de jambonneau cuit à l’étouffée dans une sauce moutarde). Très copieux, coloré et délicieux. Une assiette généreuse, et comme tu commences à le savoir, l’Homme en Bleu a retourné son assiette pour découvrir la marque Samie, bien de chez nous !

Le dessert, une pavlova choco-café, était simplement gargantuesque, délicieuse, avec une crème au beurre rappelant les pâtisseries d’antan qui s’accordent parfaitement avec l’ambiance du lieu.

Tout bon et fait maison 

En résumé, tout est fait maison sans aucun doute. Le Bouillon Limousin propose une réinterprétation réussie des classiques des bouillons, à la sauce limousine. Une expérience tout à fait satisfaisante pour l’Homme en Bleu, qui espère rencontrer moins de difficultés pour y retourner, car il a bien l’intention de le faire ! En cadeau la photo des beaucoup trop mignonnes tasses à café (de rien).

3 mocktails à Limoges qui enterrent le Virgin Mojito

Previous article

Le comptoir des Empanadas : une bouchée royale vers le bonheur

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.