grand airLes TopsSorties

Le top des balades dans les forêts mystiques du Limousin

0

Ca y est ! C’est la rentrée ! Le temps s’est un peu refroidi, le soleil brille un peu moins sur le Limousin et les jours raccourcissent… Du coup, l’équipe de L’Homme en Bleu est passé en mode Automne dans les forêts 🌰

Et quelle meilleure activité en ce mois de septembre qu’une balade en forêt ? Il faut dire que si une chose caractérise bien notre beau Limousin, ce sont ses étendues de feuillus ou conifères (ouais, l’Homme en Bleu fait genre qu’il est au top en matière d’arbre). Mais une autre particularité de la région pourra retenir l’attention du promeneur qui connaît déjà comme sa poche l’Arboretum de La Jonchère ou la Vallée des peintres : le Limousin est aussi une terre de légendes et de mystères. Des chaos granitiques aux formes étranges à la légende de la bête du Limousin (ressemblant celle de la bête du Gévaudan) et qui aurait massacré des dizaines de jeunes bergers entre la Creuse et la Haute-Vienne, les fontaines magiques se font la part belle.

Pour ce faire, toute l’équipe de l’Homme en Bleu a été mise à contribution et a croisé ses souvenirs de randonnée avec la littérature centrée autour du Limousin sylvestre et de ses légendes. L’Homme en Bleu a fait la tournée des grands ducs, poussé la bicyclette jusqu’aux confins de la Haute-Vienne, de la Creuse et même de la Corrèze ! Accroche-toi au porte-bagages, ça démarre !


Les forêts mystiques en Haute-Vienne

Les monts de Blond et leurs mystères

Au cœur des forêts profondes des monts de Blond, se trouvent des rochers de granit aux formes mystérieuses à l’origine de nombreux contes et légendes locales.

Menhirs, rochers et amas granitiques ont marqué les mémoires locales et inspirés aux Limousins des temps passés de nombreuses craintes ou superstitions. C’est le cas notamment entre Cieux et Mortemart où, dans et autour du Bois du Rat, tu peux découvrir le Menhir de Ceinturat (le plus haut de la Haute-Vienne), rejoindre la Pierre du Chiroudi, aussi appelée la Pierre à Sacrifices en raison de la forme de corps allongé que la nature a creusé, puis en descendant vers Fromental, la Roche aux fées – dont le nom lui vient de ce qu’elle serait composée des ruines d’un palais habité par les fées – et la Pierre branlante* de Boscartus, haut lieu de pèlerinage dont l’histoire dit qu’elle était également un lieu de jugement… Une balade à faire un jour de brume pour se mettre dans l’ambiance.

Le Bois Larron à Saint Julien le Petit

Si la forêt est très jolie, c’est pour la Fontaine Sainte-Geneviève que l’Homme en Bleu te la signale. En effet, sur “le Mont Sainte-Genviève” tu peux trouver une « bonne fontaine » dont les eaux sont réputées avoir des pouvoirs de guérison. Il y a un calvaire avec une croix, la Vierge et Sainte Geneviève avec à leurs pieds une petite biche. Tu y trouves toujours des fleurs et des morceaux de tissus… Creeeeepy !

Le Bois de Crozat à Peyrat Le Château

Situé juste au bord du Lac de Vassivière qu’il surplombe, le Bois de Crozat est aussi un lieu qu’on a longtemps tenu pour une forêt druidique avec notamment la présence des Roches Brunagères, ces grandes dalles de granit qui ont presque l’air de flotter.

Bussière-Galant et ses « bonnes fontaines »

Dans le Bois de Rétabout, au nord de ce qui était autrefois la commune de Saint Nicolas Courbefy, se trouvent plusieurs « bonnes fontaines ». Très nombreuses dans notre région (les « bonnefont » qui abondent sont des toponymes qui y font référence), les fontaines aux pouvoirs guérisseurs étaient des lieux de pèlerinage bien avant la christianisation de la région, par la suite plus ou moins approuvés par le clergé limousin qui y a accolé le nom de ses saints. Certaines semblent encore « être en fonctionnement »… quoique cela puisse vouloir dire. En tout cas, les bois autour de Bussière-Galant offrent de bons exemple de ces petites fontaines (qui ressemblent parfois plus à des petites mares qu’à autre chose). Si certaines sont désormais largement abandonnées, la plus importante aurait comme vertu de guérir « le feu de saint Antoine » (le fameux mal des ardents), mais aussi pas mal d’autres petits soucis de santé dont la nature a fait tomber les bonnes fontaines en désuétude pour avoir été avantageusement remplacées par le paracétamol.

Le Puy des Roches à Cheissoux

Bon, déjà, l’Homme en Bleu a toujours entendu dire « aux Cheissoux », mais il va se plier aux règles de la grammaire. Si le Puy des Roches n’est pas complétement une forêt, il n’en reste pas moins que les légendes autour de cette petite montagne sont aussi nombreuses qu’étonnantes ! En effet, certains prétendent que les roches auraient été apportées par la Vierge sous la forme de deux petits cailloux du Golgotha, d’autres que les roches auraient permis des sacrifices druidiques, d’autres enfin qu’elles abritaient un cheval blanc pourchassant jusqu’à épuisement ceux qui ont le malheur de le croiser. Bref… à vous de choisir 😉

La forêt d’Epagne à Sauviat sur Vige

Plus connue pour son écosystème remarquable, la forêt d’Epagne (à cheval entre la Haute-Vienne et la Creuse) est aussi le repère des fontaines cachées au milieu des bois ainsi que du Dolmen de Marlhac, l’un des nombreux de la région, l’occasion d’une jolie balade… au frais !

Les forêts mystiques en Creuse

La Rigole du diable à Le Monteil-au-Vicomte

Située dans la vallée du Taurion, plusieurs légendes illustrent l’origine de ce lieux. La principale soutient que la roche du diable porte la trace de son pied après que celui-ci ait frappé le sol de colère. D’autres disent qu’un pacte aurait été signé à cet endroit avec le diable ou que les chaos rocheux seraient les traces de combats entre des forces démoniaques.

La Forêt de Drouille à Dontreix

Forêt des druides et du gui, la forêt de Drouille est couverte de nombreux mégalithes dont on pense qu’ils ont donné lieu à des rituels celtes, mais aussi, plus tard, chrétiens puisque les Rochers de Saint Junien ont eu cette double vocation.

Les Pierres Jaumâtres à Toulx-Sainte-Croix

Entre l’autel des sacrifices, les pierres du Dieu du Tonnerre ou les Pains de sucre, la balade vaut vraiment le coup avec notamment des paysages assez époustouflants !

La Forêt de Chabrières

Si la forêt est bien connue pour ses loups (ce qui en soit, en fait déjà une forêt pleine de mystère), tu peux y trouver également d’énigmatiques « pierres à légendes » : celle de l’Ermite, celle de la Tribune, la Pierre Chabranle* ou encore… la Pierre du Loup.

Les forêts mystiques en Corrèze

Bonnefond et ses mystères

Entre la Fontaine Saint Médard (supposée guérir les maux de ventre depuis le 6ème siècle), le Menhir du Pilar et le village abandonné de Cledat, la commune de Bonnefond a tout pour être appréciée des amateurs de mystère ! Au-delà de village déserté plus connu et désormais « géré » par les trois communes sur lequel il se trouve, les forêts environnantes regorgent de ruines plus ou moins anciennes… à découvrir au tournant d’un chemin forestier.

Les tours de Carbonnières

Un peu plus au sud des célèbres Tours de Merle, les Tours de Carbonnières n’ont rien à envier à leurs voisines. Si l’histoire est commune, le lieu est bien moins fréquenté et bien plus enfouit dans la forêt avec aussi quelques ruines villageoises qui subsistent au milieu de la végétation… effet frisson garanti !


*Tu peux trouve dans la région beaucoup de pierres branlantes (dont le nom varie également en fonction du patois local). Celles qui sont peut-être les plus connues sont dans les Monts de Blond, à la Jonchère-Saint-Maurice et dans la forêt de Chabrières.


Petit complément pour les fans de lecture

Tu t’en doutes, si l’Homme en Bleu adore parcourir les forêts limousines, il se renseigne aussi un peu avant (et évite de se promener les jours de chasse :/) et adore feuilleter des ouvrages sur son beau Limousin du fond de son fauteuil avec une tasse de thé (ou d’autre chose ^^). Du coup, voici une petite sélection (non exhaustive) des ouvrages qu’il a consulté pour son article :

  • La collection Sites remarquables (Haute-Vienne, Corrèze et Creuse) : ces 3 ouvrages de la DREAL du Limousin, publiés aux Ardents éditeurs, permettent de découvrir plein de sites classés de notre région avec du coup, diverses ballades et randonnées (pas seulement en forêt) proposées et détaillées.
  • Sur les contes et légendes du Limousin : « Contes et légendes du Limousin » de Laurence Catinot-Crost,
  • Un très beau livre « Dialogues avec des arbres remarquables en Limousin » de Alain Freytet, Cécile Auréjac et François Watel : parfait pour les amoureux des arbres ET du Limousin, une vision des arbres et de la forêt limousine ancré dans l’histoire du territoire.
  • Un autre joli ouvrage, notamment pour ses illustrations : « Le légendaire Limousin de la Creuse » de Noëlle Bertrand (chez Maïade). Tu peux y retrouver les fées, les fontaines miraculeuses et les forêts mystérieuse du territoire creusois (et les images en petits points de Marion Plault-Canto sont tout simplement magnifiques !).
  • Pour ceux qui veulent en savoir plus sur nos jolis cailloux locaux : « Pierres à légendes du Limousin » de François Guyot : ultra fourni, ultra précis et avec de belles photos.
  • Pour les fans de romans : « Une lointaine Arcadie » de Jean-Marie Chevrier, l’histoire d’un libraire parisien réfugié en Creuse.
  • Pour les petits : « Les Nouveaux contes du Limousin » de Pierre-Jean Baranger, un beau livre pour donner envie aux plus jeunes de partir à la découverte des sites remarquables et des pierres magiques du Limousin (ou autrement dit : comment convaincre tes enfants de partir en promenade avoir toi ^^).

Et toi, tu as des bons spots de balade en forêt à partager ?

La Gabie
Plus à même d'empoigner une fourchette que le guidon d'une bicyclette, elle adore le Limoumou, les Lolcats et les massepains de St-Léo... Elle déteste la guerre et les gens qui disent "clafoutis aux pommes".

    Li’s Sandwich : quand la focaccia fait sa révolution

    Previous article

    L’Idylle : le QG chic du pancake

    Next article

    Comments

    Leave a reply

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *