Curiosité(s)

“Salle-Vide” occupe la scène en pleine pandémie

0

Toujours privés de concerts et de spectacles et perdus dans les silences de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, certains acteurs/actrices culturel(les) locaux se démènent pour mettre en place des projets et faire vivre la culture et ses métiers.

L’Homme en Bleu est parti à la rencontre de l’un d’entre eux, Martial Muller, président de l’association KiditKoi ?, à l’occasion de son événement Salle-Vide. Il nous explique le projet, ses envies et nous fait un retour sur la première soirée organisée.


Concert en streaming, mais avec les conditions du “live”

C’est à la fin de l’été 2020 que le projet Salle-Vide a commencé à germer dans les têtes des membres du groupe. « On venait de finir notre dernier concert en plein air et on s’est dit que l’hiver risquait d’être très long, dit Martial Muller. En sachant que les concerts en salle allaient être compliqués et qu’il ne pourrait y avoir une reprise de l’activité avant cet été avec les festivals, on a commencé à réfléchir sur certaines possibilités d’organiser quelque chose. »

C’est en mettant en place un sondage que l’association KiditKoi ? a pu étayer son projet et proposer aux groupes qui avaient répondu de faire quelque chose à leur niveau.

« On a pris la température et les réponses ont été globalement positives et enthousiastes. On s’est dit on se lance car il y a de la demande derrière, il y a des gens motivés et intéressés, pour le plaisir de jouer, sans parler de rémunération. »

©Denis Pattyn

Salle-Vide : C’est quoi ?

Le principe de Salle-Vide : proposer un cycle de concerts à travers cinq soirées thématiques au CCM John Lennon, étalées sur quatre mois, de février à mai, regroupant plusieurs styles musicaux, du rock au punk, de l’afrobeat aux musiques du monde en passant par le gospel chanté, la musique irlandaise ou encore le balkan fusion. Le tout filmé et retransmis en live (si les conditions le permettent) sur différentes plateformes.

« On a essayé avec les groupes d’assembler ça de manière intelligente, de ne pas être trop spécialisé sur un style ou un autre et de proposer sur les cinq évènements des choses assez variées », explique le président de l’association.

Un moyen de toucher différents publics et de satisfaire tout le monde, avec des groupes aux styles assez éclectiques comme Les Féelarsen, Everest Maria, Gospel Fusion, Afrokitchen, Akan Khelen, Keltas ou encore Salut les Keupons, Roger Latcheup, Lust 4 Dust et BlackBird Hill.

Afrokitchen – Bamako

Salle-Vide : C’est qui ?

Pour comprendre comment cela s’articule, nous avons besoin de savoir qui se cache derrière cette idée. A l’initiative de cet événement, on retrouve donc Martial Muller, président de l’association KidiKoi ?.

Mais c’est quoi, KiditKoi ? « L’association a été monté en 2004, dans un premier temps pour gérer le groupe Roger Latcheup mais aussi pour des raisons administratives afin de centraliser tout ça. » Par ailleurs, grâce à son statut large, l’association peut tout à fait organiser et diffuser des groupes.

Avoir l’idée d’un événement est une bonne chose, mais encore faut-il avoir les fonds pour la mettre en œuvre. « Au départ, on a cherché des subventions auprès de la Région et au final, il n’y avait pas de dispositifs adaptés à notre événement. Donc on a arrêté de chercher des subventions standards », raconte Martial.

Quitte à revoir leur projet à la baisse, l’association a donc privilégié les partenaires privés. Tout d’abord financiers, pour payer la SACEM sur les cinq dates, comme le Crédit Agricole, la Mutualité Française du Limousin, Planet Hoster ou encore La Maison du CBD. Mais aussi en faisant appel à des brasseurs comme Brâm, Champdoré ou encore la Brasserie H qui permet de ravitailler en nature l’équipe de bénévoles et les artistes (avec modération, bien sûr) en réduisant le coût des charges. Aussi, le CCM John Lennon et ses techniciens sont mis à disposition gracieusement par la Ville de Limoges.

Blackbird Hill – On the rocks

Et comment ça se passe ?

Comme nous l’indique Martial Muller, l’équipe arrive au CCM John Lennon le samedi matin pour s’installer au niveau de la technique et accueillir le premier groupe. De là, s’enchaînent l’installation sur scène, les balances et la captation. Après une pause le midi, le second groupe enregistre dans les mêmes conditions. « Vers 15h30-16h tout est dans la boite, mais de façon séparé, sans montage, c’est brut. Mais en les mettant bout à bout, on obtient la version finale avec un seul fichier, qu’on balance sur Youtube. On programme la diffusion à 21h et nous intégrons la vidéo Youtube sur notre site après. »

Le principe du projet est pour le moment d’enregistrer dans les conditions d’un vrai direct. «Avec les conditions, on compose et on s’adapte au jour le jour. On garde en tête de pouvoir faire un vrai live avant le mois de mai, espère Martial. La captation vidéo est réalisée avec quatre caméras, par de la famille et des amis qui ont de vraies connaissances techniques et jonglent d’une caméra à l’autre en direct. »

Martial Muller a aussi monté le site www.salle-vide.fr. Étant graphiste – il a créé son autoentreprise ‘Ouille!Design & Web, il était naturel pour lui d’imaginer et de mettre en place cette salle virtuelle, avec un lieu d’échange sous forme de chat, en présentant le staff et la programmation. Sans oublier le merch’ pour que les groupes puissent vendre leurs albums. En bonus, on peut aussi découvrir l’onglet rigolo « Les chiottes », avec les photos de certains membres de l’équipe et des artistes.

« On a aussi mis en place un espace de soutien, un chapeau virtuel, si le public a envie de soutenir le projet et d’aider un peu. A la fin de l’opération, au mois de juin, on fera les comptes. Si le chapeau le permet, et si on est bénéficiaire, on répartira la somme de manière équitable entre ceux qui ont bien voulu jouer le jeu d’être bénévoles au départ. »

Le site Salle-Vide

Retour sur la première soirée

« À part un ou deux soucis techniques qui nous ont obligés à faire quelques réglages de son, tout s’est bien passé. On a été dans les temps pour mettre la vidéo en ligne. On est plutôt contents. »

Si Martial Muller est aussi content du lancement de son projet Salle-Vide, c’est que les spectateurs et spectatrices ont, semble-t-il, été au rendez-vous. Entre 350 et 400 personnes étaient devant leur écran le samedi 6 février, selon les stats de l’association. Même s’il ne se fixe pas forcément d’objectif, Martial se dit satisfait. « Le seul objectif serait de dépasser la jauge officiel de la salle qui est de 650 personnes debout. Ça serait bien d’exploser ce score-là. On pourrait être fiers de dire que la salle vide n’a jamais été aussi pleine. »

Où et quand voir les concerts?

Il vous suffit d’aller sur la page www.salle-vide.fr et de se laisser guider par ses humeurs en passant de la salle, du chat, et du merch’ (sans oublier les chiottes !).

Les prochains rendez-vous :

→ le 20 février à 21h avec Gospel Fusion (Gospel chant) et Afrokitchen (Afrobeat)

→ le 27 mars 2021 à 21h avec Keltas (Musique Irlandaise) et Akan Khelen (Balkan Fusion)

→ le 24 avril 2021 à 21h avec Salut Les Keupons (Punky Yéyé Party) et Roger Latcheup (Ska-Rock-Punk)

→ le 29 mai 2021 à 21h avec Lust 4 Dust (Rock Stoner) et BlackBird Hill (Rock)

Roger Latcheup

Retrouvez Salle Vide sur Facebook, Instagram, les internets et leur chaîne Youtube pour suivre les lives

Anais
Passionnée de radio et accro à la crème de marron. Toujours un orgasme musical sous le coude à partager avec ses amis. Sans oublier son principal atout : sa voix.

Lithos Mana : un tête à tête inattendu avec l’ésotérisme

Article précédent

Uniqua Limoges : La basket engagée et personnalisable à l’infini !

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *