Curiosité(s)

Les p’tites anecdotes : Veyrac

    2

    Dans une autre vie, l’Homme en Bleu aurait été historien ! Eh oui, il a toujours été fasciné par le patrimoine si riche de notre belle France (et de notre campagne du Limoumou’ évidemment !). Mais ce qu’il aime par dessous tout c’est découvrir la petite histoire, les légendes et superstitions qui la rendent si énigmatique. Pour ce nouveau format, c’est la commune de Veyrac qui ouvre le bal !

    yippie GIF

    Il était une fois : Veyrac

    Le nom de Veyrac remonte à l’époque gallo-romaine où le domaine se nommait alors Varius. De 1083 à 1789, son appellation a varié pas moins de 7 fois pour finalement prendre son nom définitif connu à ce jour !

    Le noyau ancien du bourg s’est formé autour du vieux château et de l’église comme il était courant à l’époque médiévale . C’est Jean de Veyrac, prévôt de Saint-Junien, devenu le 51e évêque de Limoges qui construit ce château au XIe siècle. Ce dernier servait de repaire aux compagnons de Jean de Veyrac durant la guerre sainte contre Jean Sans Terre. Pendant la Révolution, l’ancien logis seigneurial fut complètement détruit. Il reste aujourd’hui seulement le donjon de plan octogonal et est désormais une propriété privée.

    chateau-fort-veyrac-haute-vienne-87
    source : chateau-fort-manoir-chateau

    D’autres bâtiments témoignent d’un riche passé tels que l’ancien bureau de poste qui était autrefois le presbytère. Le plus connu d’entre eux est certainement le pont colombier. Il est devenu le symbole traditionnel de Veyrac.

    Pont-colombier-veyrac-haute-vienne
    pont-veyrac-historique-haute-vienne
    crédits photos prises par Timothée LHEB

    Classé monument historique depuis 1973, il est le seul en Europe à être construit sur une rivière. Le passage sur le pont couvert était autrefois réservé au nobles qui bénéficiaient du droit d’élever des pigeons dans la partie supérieur du pont. Le Colombier a d’ailleurs abrité jusqu’à 4 000 pigeons. 


    L’anecdote qui fait sourire

    Contexte : Jean Sans Terre, roi d’Angleterre, a régné de 1199 à 1215. Il a encouru la confiscation de toutes les états qu’il avait en France. Il n’avait pas comparu à la citation des pairs de France sur le meurtre d’Artus. C’est pourquoi le Limousin passa de la domination anglaise à celle de Philippe Auguste. Jean se fait excommunier de 1209 à 1213 mais retrouve son titre par la suite.

    Autrefois, le roi Jean sans Terre venait chasser dans la région dans une belle forêt nommée Bernac pour narguer Jean de Veyrac alors évêque de Limoges. Ce qui avait le don d’agacer particulièrement Jean de Veyrac. Mais il faut dire que Jean sans Terre était un roi particulièrement méprisé. Une rivalité naquît entre les deux hommes.

    A charge de revanche en 1214, Jean sans Terre, ayant retrouvé ses titres, réapparaît en Limousin pour obtenir la soumissions des seigneurs de la province. A l’égard de Jean de Veyrac, les sanctions sont davantage représentatives d’un combat mené contre un baron infidèle que d’une opposition à un évêque. Ainsi, Jean Sans Terre oblige Jean de Veyrac à se soumettre!

    Un combat de coqs comme on les aime!

    jean-sans-terre-roi-veyrac
    Jean sans Terre
    source : societe sciences et lettres

    sources : veyrac.fr / france 3 région nouvelle aquitaine / Histoire de Limoges et du Haut et Bas Limousin

    Mélissa
    Vivant de com' et d'eau fraîche, Mélissa est (beaucoup trop) curieuse.Elle adore griffonner, dessiner et créer. Passionnée par la culture britannique, elle speak English very well et aime le contact humain.

    4 idées balades à moins de 100km de Limoges

    Article précédent

    Top des coiffeurs à Limoges pour refaire sa tignasse !

    Article suivant

    2 Commentaires

    1. Merci pour cet article qui m’a permis d’apprendre de moult choses.
      Bonne journée.

      1. Avec grand plaisir !

    Laisser une réponse

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *