Les TopsPartenaire

Les 6 profils du jogger COVID-19 (feat. le Fopulaire)

0

Partenaire

Le Fopulaire sur l‘Homme en Bleu

Compte parodique d'information sur Facebook et Twitter, le Fopulaire nous régale au quotidien avec des vannes, montages et autres galéjades sur notre bon vieux Limoumou' (et bien plus encore)

Si Limoges a pu enfanter son lot des notoriétés qui lui ont conféré une petite renommée, qui se doutait qu’elle couvait sous ses dehors pudiques un tel panier d’athlètes qui dut redoubler d’ingéniosité et de subterfuges pour composer avec les aléas des dernières semaines ? 

Alors que la France se découpe aujourd’hui entre ceux qui bossent et ceux qui font du pain, l’Homme en Bleu et le Fopulaire ont tenté de lever le voile sur ces grands oubliés des médias.

Récit* 


1. Le rhétoricien 

Profil : Au sommet de sa forme après avoir raflé une belle 793ème aux Foulées du Populaire, il ne jure que par la course à pied depuis qu’il a gagné un abonnement de 12 mois à la revue « Jogging Magazine. » Le confinement aurait pu marquer un coup d’arrêt dans sa formidable ascension. Mais ce serait douter de sa capacité à trouver une parade en toute circonstance.

L’avis du Fopu : C’est une évidence qu’il faut néanmoins rappeler, chacun se plait dans l’étreinte bétonnée de son T2 en centre-ville à partager les scènes de ménage des voisins du 4ème et la monotonie pesante d’un quotidien sans raison de se lever. C’est l’idylle pour tout ce petit monde calfeutré, confiné, qui n’ose pas encore croire à l’aubaine.

Alors lorsqu’il s’aventure à demander ce qui pousse le joggeur à déserter son jardin d’Eden, l’objection est sans équivoque : « J’ai besoin de prendre l’air, ça me fait du bien ». Imparable. Ou comment élever l’art de la rhétorique à des sommets inexplorés. Socrate peut aller se rhabiller !  

2. Le rhétoricien (suite)

Profil : Dans la lignée de son prédécesseur, mais avec encore plus de suite dans les idées. C’est dire.

L’avis du Fopu : Quand bien même on trouverait le raisonnement un peu sommaire, sous couvert du risque sanitaire qui court, le rhétoricien (suite) a échafaudé tout un argumentaire difficile à réfuter : « Je ne croise personne, il n’y a aucun risque ». On ne peut plus logique ; si toutes les personnes qui brulent à l’idée de courir enfilent les runnings, c’est une marée humaine qui déferle dans les rues de Limoges dans la demi-heure.

Mais comme les Jeux Olympiques de Tokyo ont été repoussés, la raison l’a emporté et elles préfèrent vaquer à d’autres occupations moins extérieures. Ce qui expliquerait qu’il n’y ait pas foule de joggeurs à croiser. C’est mathématique.  

3. Le médaillé Fields

Profil : Coincé entre une vie à 100 à l’heure et un taux de cholestérol anormalement haut, il comptait sur les beaux jours pour se refaire une santé. Rien ne pouvait entraver la volonté de fer de celui qui détient le record d’Assurance-Vie écoulées en une journée au sein de son agence. Pas même les premiers afterworks en terrasse, pas même un virus létal qui s’est transformé en épidémie mondiale. 

L’avis du Fopu : S’il peut parfois se montrer dur de la feuille sur des sujets qui ne l’intéressent guère, il a parfaitement reçu les directives du Premier Ministre à cet effet : « La sortie ne doit pas excéder 1h, dans un rayon d’1 km du domicile ». 

Et voilà qu’il se retrouve dans la cave à fouiller ses cours de CM2 ou à plancher sur ceux du dernier-né: « Pi que je multiplie par 2 fois le rayon, et j’obtiens un cercle de…. 6,28 km de périmètre ! ». La CASIO fx-92+ a fait son petit effet…Wow, sacré terrain de jeu. C’est presque plus qu’à l’accoutumée. Merci Monsieur le ministre. 

4. Le hamster 

Running woman. Runner is jogging in sunny bright light on sunrise. Female fitness model training outside in the city on a quay. Sport lifestyle.

Profil : Étudiant en 3ème année de STAPS, il accuse terriblement le coup du haut de ses 28 printemps révolus depuis qu’on lui a enlevé ses 2 passe-temps : les bars et les lendemains de bar. Alors il se rappelle qu’un temps il fut sportif. Et qu’il temps de renouer avec le temps. L’été approche à grand pas.

L’avis du Fopu :  Il en est qui n’ont pas moins reçu les instructions gouvernementales… mais qui sont un peu plus bouchés à l’émeri. Les calculs géométriques, ce n’est pas leur tasse de thé. Alors plutôt que de s’aventurer à des hectomètres du domicile conjugal, ils s’échinent sur un circuit long comme la rue et large comme le trottoir. 

Du balcon, le spectacle n’est pas sans rappeler celui d’un rongeur en captivité qui se dépense comme il peut avec ce qu’il a, c’est-à-dire pas grand-chose. Les séances de Philippe Lucas à 5h du mat’ dans un bassin extérieur de 25 mètres, c’est le Club Med pour tous ces Stakhanov de l’asphalte. 

5. Le Patrick Dils

Profil : Il a enfilé ses premières runnings en 2016 ; aujourd’hui, il s’avale 80 bornes par semaine et s’aligne sur toutes les courses à jambon du dimanche. Perfusé à l’endorphine, il s’est construit une solide communauté sur les réseaux sociaux où les encouragements vont bon train à chaque post : « T’es le meilleur, Kiki ! », « Fier de toi, Kiki ! », « RESPECT ! ». Une icône 2.0. 

L’avis du Fopu : Il est de coutume dans l’univers des joggeurs de partager ses sorties sur le réseau social « STRAVA ». Si la démarche est louable, dans la mesure où elle ne répond pas à des fins égotiques, elle offre un décor particulièrement terne depuis la mi-mars. On y voit des triples médaillés olympiques essayer tant bien que mal de maintenir la forme sur des tapis d’intérieur ou encore Monsieur Tout-le-monde suivre des tutos Youtubeentre la table basse et le porte-manteaux. 

Devant le désastre de ce terrible tableau, ces Jean Moulin du jogging ne peuvent exposer de manière décomplexée la plénitude d’humer l’air extérieur et de transpirer à grosses gouttes à ciel découvert. Ils plaident à la barre : « Petite sortie de moins d’1 heure dans un rayon d’1 KM » et d’ajouter évidemment « …Sans n’avoir croisé personne ». Le tribunal est formel : Fin de non-recevoir. On règlera ça sur la piste de Beaublanc quand le confinement sera levé.

6. Le « OK-JOGGEUR »

The smiling happy elderly man running on the road

Profil : Il n’avait plus sué depuis l’épreuve de sport du baccalauréat, il observait d’un regard dédaigneux les coureurs passer sous sa fenêtre, il confiait à sa moitié « ne pas les comprendre »…il s’est soudainement trouvé une passion insoupçonnée au détour du carrefour Tourny. En plein confinement. 

L’avis du Fopu : Le défunt Sigmund aurait certainement à ergoter et à palabrer sur les joggeurs du confinement…mais que ne trouverait-t-il pas à dire sur les néo-joggeurs du confinement ? Si on peut douter de la santé mentale d’un type qui remonte 26 fois la rue Pétiniaud-Beaupeyrat pour satisfaire ses besoins hédonistes, qu’en est-il de celui qui n’en avait cure – voire mépris – il y a encore une lune de cela ? 

Il est aujourd’hui le plus chevronné de tous tes joggeurs préférés. 400 € de marketing entre les 2 extrémités, le Camelbak pour endurer la chaleur terrassante du mois d’avril, la montre GPS, les coordonnées GPX et la couverture de survie… on grossit un peu le trait, mais le compte n’est pas loin. Et le pire dans tout ça, c’est qu’il sera en cannes pour la belle période. Le con ! 


Retrouvez toutes les galéjades du Fopulaire sur Facebook et surtout sur Twitter.

*Article parodique

Selim
Co-fondateur et coordinateur de lhommeenbleu.fr. Explorateur des internets aux oreilles exigeantes sur tout ce qui touche aux musiques actuelles, il aime déambuler au cœur de la cité porcelainière ainsi que dévorer des cheese-naan.

4 applis qu‘elles sont bien pour faire du sport à la maison #fitness

Article précédent

Le top des films, séries et contenus télévisuels avec du Limousin dedans

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *