Curiosité(s)

Le Prix ARAL : entre Littérature et Limousin

    0

    Vous êtes vous jamais perdus dans les rayonnages du Pôle Patrimoine de la Bibliothèque de Limoges ou de votre librairie préférée ? En matière de littérature/limousin, il y a énormément de choses – du bon et du moins bon comme toujours – mais il y a souvent des pépites qui s’y cachent.

    Le problème qui se pose parfois au lecteur classique qui, comme LHEB, ne suit pas toutes les sorties littéraires, c’est de dénicher les fameuses pépites sans avoir à trop chercher. Eh bien on va vous donner un tuyau… d’autres font le travail pour vous ;-)

    Statue de pierre en dèche de livres à lire…

    Le prix ARAL, Quésako ?

    Depuis quatre ans déjà, l’ARAL (pas la mer d’Asie centrale, l’Association Régionale des Amis du Limousin) a créé un prix littéraire visant à récompenser, soit des auteurs limousins, soit des ouvrages en rapport avec le Limousin. L’association a pour but premier de mettre en valeur les richesses du patrimoine et l’identité du Limoumou, notamment par le biais de la littérature.

    Tous les ans, en partenariat avec l’ALCA (l’Agence livre, cinéma et audiovisuel en Nouvelle-Aquitaine, aka le Centre Régional du Livre) et le pôle Patrimoine de la BFM, une sélection attentive est réalisée et si la présélection de l’année en cours vous permet de trouver plein de bonnes idées de lectures (ou de livres à offrir), les ouvrages primés sont tous d’excellente qualité.

    L’idée étant de trouver deux ouvrages qui ont un lien profond avec le Limousin et font preuve d’une qualité d’écriture originale. Le jury est composé de lecteurs limousins d’adresse ou de cœur, mais pas forcément adhérents de l’association.

    Il existe un prix « documentaire » et un prix « littérature », le second étant peut-être le plus intéressant pour qui cherche de la littérature avec une petite Limoumou’s touch (le choix est plus vaste et moins évident).

    Petit aperçu de la sélection pour le prix “documentaire”

    Certains sont des ouvrages publiés par des grands maisons d’éditions, d’autres ont une diffusion et un éditeur un peu plus confidentiel, ce qui n’empêche en rien une grande qualité littéraire.

    A lire notamment, les trois derniers prix “littérature” :

    Jean-Marie Chevrier, Le dernier des Baptiste, Albin Michel
    Baptiste est Limousin, il est agriculteur, mais il sera le dernier de sa lignée. Un roman plein de douceur et de sensibilité sur un monde qui disparaît et qui nous donnerait presque envie de regarder “L’Amour est dans le pré”… presque.

    Eric Chauvier pour son roman La petite ville, Editions Amsterdam
    C’est de St-Yrieix que l’auteur nous parle, mais cela pourrait être n’importe quelle petite ville de la France rurale. Deux récits entrelacés qui font penser vaguement à David Foster Wallace.

    Jean-Marie Borzeix, L’Homme qui aimait les arbres, Bleu autour
    Biographie d’un père si proche et pourtant si distant, l’auteur nous parle de sa relation à cet homme dont il ne reste au couchant de sa vie, que l’amour qu’il a toujours eu pour les arbres.

    Et sur leur site, vous retrouvez l’ensemble des ouvrages primés.

    Loin des stéréotypes sur la littérature dite locale, les romans et les ouvrages documentaires ne traitent pas tous des vaches ou de la porcelaine. On y retrouve des facettes parfois méconnues de notre si belle région (même si les vaches, elles sont sympas malgré tout). Donc si vous êtes en quête de Limousin au cœur des livres… gardez l’oeil ouvert sur le prix et sa sélection.

    La Gabie
    Plus à même d'empoigner une fourchette que le guidon d'une bicyclette, elle adore le Limoumou, les Lolcats et les massepains de St-Léo... Elle déteste la guerre et les gens qui disent "clafoutis aux pommes".

      Boogalou, la boutique des cadeaux originaux

      Article précédent

      Mijote Déco : la boutique cousue main !

      Article suivant

      Commentaires

      Laisser une réponse

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *