RestaurantResto - Bars

Le Bistrot d’Olivier.

    0

    L’Homme en Bleu aime se balader dans les Halles de Limoges. La cohue ambiante qui y règne est typique de toutes halles qui portent ce nom. Ça sent les tripes, la bonne viande limousine, le poisson, les gens s’entassent dans les petites allées, tu peux discuter avec les artisans … Bref tu peux profiter, c’est un véritable plaisir.

    Et une fois que les courses sont terminées, si tu souhaites profiter de cette bonne ambiance, tu as le choix de manger dans l’un des deux bistrots des halles. L’Homme en Bleu a choisi de tester le Bistrot d’Olivier.

    Une ambiance digne d’un bistrot !

    L’entrée se fait par une porte en verre qui donne sur un épais rideau rouge (bistrot certes mais on pense au confort des clients en les protégeant du froid!). La lumière est chaleureuse et les murs ne sont pas sans rappeler ceux d “uneuh villeuh roseuh du sudeuh deuh la Franceuh”.

    De nombreuses pancartes et vieilles enseignes restaurées trônent un peu partout dans le bistrot d’Olivier, ce qui lui donne un caractère industriel moderne (oui l’Homme en Bleu suit les tendances de déco’ intérieure).

    Au bistrot d’Olivier on prend également soin de tes narines et papilles. La cuisine, légèrement surélevée mais ouverte, permet d’aiguiser tes sens.

    deco-interieur-bistrot-olivier-halles-limoges

    interieur-deco-bistrot-olivier-limoges-halles

    Si tu y vas pour un rencard… Oublie ! Ici les serveuses te placent là où il y a des bancs libres. Tu pourras ainsi tu retrouver entouré de Michel et Denis ou à côté d’une famille venue apprécier la viande limousine. La convivialité est primordiale ici.

    A la bonne franquette !

    Au bistrot d’Olivier, les serveuses ne se contentent pas de prendre et amener ta commande. Elles assurent l’animation en émettant un cri à chaque fois qu’un client commande ! Au début, ça peut surprendre et l’Homme en Bleu en a même perdu ses tympans quelques instants, puis au final tu te prends rapidement au jeu en faisant de même lorsque tu souhaites un peu plus de PAAAIIIINNNN !

    Dans l’assiette, tu ressentiras le côté bon vivant et chaleureux d’un bon bistrot tout en y ajoutant une pointe de produits d’une excellente qualité. Le bistrot arbore d’ailleurs une enseigne “Blason Prestige” qui assure une viande de qualité bien limousine.

    La formule de base au Bistrot d’Olivier comprend : 1 entrée + 1 plat + un dessert ou fromage. L’Homme en Bleu et ses potes du vélo ont ainsi pu bien manger 🙂

    En entrée le choix était varié. Entre la terrine maison en pot, la marmite de cagouilles avec une poilée aux poireaux, le tartare de saumon ou l’opus de fromage de chèvre. Les assiettes sont biens garnies et le service est rapide.

    entree-olivier-bistrot-limoges

    terrine-pate-maison-bistrot-olivier

    opus-fromage-chevre-entree-halles-limoges

    En plats, le gigot d’agneau, le tartare de boeuf limousin, l’escalope de veau à la crème ont connu un grand succès à la tablée. La qualité affichée par le blason prestige favorise le choix de viande.

    assiette-frite-escalope-creme-bistrot-olivier

    En dessert, que du léger pour faire couler … Clafoutis maison, crème au caramel, pana cotta aux fruits rouges … un café et l’ADDITION SILVOUPLAIT

    Une fois repu, tu peux t’allonger sur ton voisin de derrière, c’est bien plus confortable qu’une chaise.

    La carte est restreinte mais parole d’Homme en Bleu, elle vaut le détour. Outre la saveur et la qualité apportées aux plats servis, le fait que la viande est made in Limousin … tu mangeras dans des assiettes en porcelaine de Limoges #chauvin.

    Et quand tu sais que la formule est à 16,60€ seulement (sans compter la boisson), ça mérite vraiment le coup de pédale pour s’y rendre.

    Le bistrot d’Olivier a fait un nouvel adepte et l’Homme en Bleu te recommande non seulement d’aller y manger mais également de te balader dans ces halles … Il est dans ce quartier le vrai commerce 🙂


    Le Bistrot d’Olivier
    Rue des Halles
    05 55 33 73 85

    Une des preuves que la rue de la soif est maintenant la rue de la bouffe

    Article précédent

    Maxime Sognac : Le dessinateur pressé.

    Article suivant

    Commentaires

    Laisser une réponse

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *