Conversation(s)

Conversation(s) avec : Maxime Gasteuil

0

L’Homme en Bleu a profité de l’arrivée de Maxime Gasteuil le 26 février 2022 au Zénith de Limoges pour tailler le bout de gras avec le comédien et humoriste qui nous propose son dernier spectacle « Maxime Gasteuil arrive en ville ».
Parti à l’aube de ses vingt ans de Saint-Emilion vers Paris pour réaliser son rêve de devenir comédien, Maxime Gasteuil est aujourd’hui l’un des humoriste référence en France, très présent sur les réseaux sociaux.
Un entretien où il nous parle de son spectacle, mais aussi de la « rivalité » régions vs Paris, de l’influence des réseaux sociaux sur son métier mais aussi de philosopher autour du vin naturel (oui, il a grandit à Saint-Emilion, il fallait bien lui poser la question !)


LHEB : Hello Maxime, ASV* ?

Maxime Gasteuil : 34 ans, Homme et Saint-Emilion

LHEB : Un cursus universitaire qui ne t’as pas plu, une montée à Paris pour se former à la scène, des sessions café-théâtre pour se faire son public, une figuration remarquée dans le programme court « Bref« , ton passage au Jamel Comedy Club qui a servi de rampe de lancement… Es-tu fier de ce parcours pour arriver à vivre de ta passion ?

Maxime Gasteuil : Je suis très content que tout ce travail et que ma détermination ont payé. Quand on se lance dans une carrière de comédien, on regarde toujours en avant, on ne fait que penser aux futurs projets et collaborations. Aujourd’hui, après déjà plus de 10 ans de carrière, je me surprends de temps en temps à me poser et prendre un peu de recu, faire le point sur ma vie artistique. Je crois que c’est ça que l’on appelle la maturité *rires*

source : doitinparis

LHEB : Si cela était à refaire, que modifierais-tu dans tes choix ?

Maxime Gasteuil : Je ne changerai rien. J’ai eu le privilège d’avoir pu rencontrer au cours de toutes ces années des amis avec qui je travaille encore aujourd’hui et qui sont devenus en quelques sorte des membres de ma famille. Ils m’ont aidé à grandir et ils sont précieux dans ma vie d’artiste.

LHEB : Maxime Gasteuil arrive en ville, c’est un enchainement d’histoires tirées en épingle sur les différences de vie entre parisiens et habitants de région. Pourquoi cette « rivalité » clive tant les gens selon toi ?

Maxime Gasteuil : C’est un spectacle où j’essaye de déconstruire les « clan de personnes » pour ensuite réunifier tout le monde. Je grossis le trait sur les clichés que l’on peut avoir comme par exemple appeler les provinciaux « les culs-terreux » ou bien les parisiens « les bobos ». En caricaturant les différents personnages que je joue, le message que je souhaite faire passer c’est qu’il y en a marre de vivre dans une société toujours plus clivante, où l’on cherche toujours à pointer du doigts les différences de l’autre pour le dénigrer ou juger.

Je n’ai pas la vocation de faire un spectacle moralisateur loin s’en faut, je souhaite juste que l’on arrête de tous de se juger et de coller des étiquettes aux gens à tout bout de champs.

LHEB : Dans ce spectacle, tu joues une myriade de personnages truculents, de vrais têtes à claques. C’est lequel ton préféré ?

Maxime Gasteuil : Le DJ de boîte de nuit de région. Il s’appelle DJ Thierry, c’est mon personnage fétiche. Très souvent lorsque je rencontre des producteurs qui ont vu mon spectacle, ils me disent qu’il faudrait carrément faire un film à son effigie !

LHEB : Après avoir dit tout cela, qu’est-ce que pourrait d’après toi réunir les gens ?

Maxime Gasteuil : L’accès à la Culture sous toutes ses formes. On l’a vu quand les confinements se sont succéder, les gens étaient malheureux de ne plus avoir de lieux pour se retrouver, se mélanger. Quand tu vas à un concert, une pièce de théâtre ou que sais-je, tu n’y vas pas en te demandant qui est-ce qu’il y aura dans la salle comme spectateurs. Tout le monde vient apprécier la même chose, quelque soit ses origines sociales ou ethniques, que tu t’appelles Rachid, Matthieu, Joseph… , que tu portes des TN ou bien un costard, on s’en branle, on vient tous kiffer la même chose, c’est à dire voir du spectacle VIVANT !

Au fait, tu n’as pas encore de page wikipédia, qu’est-ce que tu attends ?

Maxime Gasteuil : Oui, on me le dit tout le temps. Je n’ai pas envie de m’en occuper, ce n’est pas quelque chose qui m’importe plus que ça. Après, si un fan la réalise, ce serait avec plaisir, mais ce n’est pas essentiel à ma vie !

T’as fait quelques sketch avec Ragnar le Breton, un comédien qui a percé sur Instagram grâce à ses claques monumentales, comment s’est passé la rencontre ?

Maxime Gasteuil : Il m’a contacté par Instagram en me disant qu’il aimait beaucoup ce que je faisais. Je ne le connaissais pas encore et j’ai tout de suite adoré le contenu qu’il partageait sur son compte. Derrière ce personnage de « gros beauf musclé » se cache en fait un super comédien. On a naturellement décidé de faire des petits sketchs ensemble, mais c’est aussi quelqu’un que j’apprécie humainement car on est pareil : on fréquente tous genres de milieux sociaux, on se sent bien partout où l’on va et on porte les mêmes valeurs de vivre ensemble, c’est un bon !

LHEB : Pas de séquelles suite à la claque reçue ?

Maxime Gasteuil : *rires* Non pas de séquelles, mais pour tout te dire, on a dû faire deux prises pour cette scène. Je ne vais pas te mentir que j’étais bien content d’avoir un casque de moto vissé sur la tête.

LHEB : Rien à voir mais tu penses quoi des vins naturels ?

Maxime Gasteuil : Je ne suis pas pour mais il semblerait que c’est à la mode. Il y a pleins de vins qui ne sont pas naturels mais qui sont bons, sans sulfites, qui respectent les consignes de l’agriculture biologique. Grosso-modo pour moi, demander du vin naturel, c’est comme demander du lait sans lactose. Au bout d’un moment si malheureusement tu ne peux pas ingérer quelque chose et bien c’est que ce n’est pas fait pour toi, tant pis ! *rires*

LHEB : Tu penses quoi des grandes régions d’aujourd’hui, le fait que Limousins et Aquitains soient maintenant cousins ?

Maxime Gasteuil : Et bien je trouve ça cool, on est dans une vaste région avec pleins de cultures, d’accents ou encore de paysages différents, c’est sympa de pouvoir se réunir autour d’une même bannière.

LHEB : Pour conclure, que peut-on te souhaiter pour la suite ?

Maxime Gasteuil : Le meilleur, tout simplement. Et espérer retrouver la communion du spectacle avec les gens, de faire d’autres films, continuer quoi !


Gagnez des places pour le spectacle de Maxime Gasteuil ce 26 février ICI


*ASV = Âge,Sexe,Ville

Crédits photo de couverture : Arié Elmaleh

Selim
Co-fondateur et responsable partenariats & événements de lhommeenbleu.fr.

[BON PLAN – TERMINÉ] Maxime Gasteuil @ Zénith de Limoges (2*2 places)

Previous article

Conversation(s) avec : Hibù

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *