Conversation(s)

Conversation(s) avec : Hibù

0

Hibù, c’est un groupe composé de Peli, Jeff, Ronan, Pierrick et Russel. Avec leur musique oscillant entre le rock et l’électro-tropical, ils te donnent furieusement envie de reprendre le chemin des concerts et des festivals à danser jusqu’au bout de la nuit. C’est après un déhanché endiablé en écoutant l’un de leur titre, que l’Homme en Bleu décida de partir à leur rencontre.


LHEB: Pouvez-vous nous dire comment Hibù est né ?

Hibù : Hibù c’est d’abord la rencontre de Peli et Jeff lors d’un concert où Jeff jouait comme DJ avec son ancien label techno. Quand Peli est arrivé en France, il avait déjà un bagage musical car en Argentine, il faisait partie de plusieurs groupes. Il a expliqué à Jeff son désir de continuer la musique et Hibù est né. Par la suite, le groupe s’est étoffé avec la rencontre de Ronan avec sa batterie, de Pierrick avec sa basse et enfin de Russel avec ses claviers analogiques.

Hibù – Int(r)o Cabeza

Vous avez sortie « HIBù » en fin d’année 2021. Comment s’est déroulé votre processus de composition ?

Peli et Jeff avaient produit différents morceaux avec des machines, des ordinateurs et même des samples, sur lesquels se sont posés les textes de Peli. On a ré-arrrangé tout ça ensemble, en studio, pour donner une couleur plus instrumentale à l’ensemble de l’EP.

Pouvez-vous nous parler de vos influences musicales ?

Wouah ! Alors il y a de tout là-dedans et c’est ce qui est bien dans cette fusion. Ça va du punk, en passant par du disco, funk, rock, electro, cumbia, jungle etc. Tous les membres du groupe jouaient dans des formations de styles variés avant d’intégrer Hibù. Nous venons également de coins différents : Peli d’Argentine, Russel du nord de l’Angleterre, Pierrick, Jeff et Ronan de Bretagne. C’est cette diversité géographique qui amène un certain éclectisme à notre musique.

Nous étions très contents d’être sélectionnés pour ce concert régional et de pouvoir profiter d’une journée de résidence au CCM John Lennon.

Dernièrement, vous avez passé les auditions des Inouïs du Printemps de Bourges 2022 . Comment avez-vous vécu ce moment ?

C’était super. Nous étions très contents d’être sélectionnés pour ce concert régional et de pouvoir profiter d’une journée de résidence au CCM John Lennon. C’était assez confort pour nous. Le concert en lui même s’est déroulé dans de très bonnes conditions et le public était au rendez-vous. C’était top, encore merci aux Inouïs et au CCM John Lennon.

Hibù en concert ©Simon Boucher

Comment avez-vous géré la période COVID avec les différents confinements?

Plutôt bien finalement. On en a profité pour travailler l’EP de A à Z. Avec les périodes de confinements, déconfinement, on a alterné entre enregistrement, mixage, visuel, com’… On ne s’est pas ennuyé ! Et puis nous vivons sur le Plateau de Millevaches, il y a pire niveau environnement pour traverser cette épreuve.

Avez-vous des projets en 2022 ? Un nouvel EP ou des dates de concert à nous communiquer ?

Oui ! Nous sommes sur la composition de nouveaux morceaux. Nous avons aussi dans l’idée de préparer une petite tournée en France, voire même à l’étranger. Le prochain concert sera le 26 mars à Eymoutiers. Et il se pourrait que l’on soit du coté de Dournazac au Feuyas’tival en août.

« Concienca » extrait de leur dernier EP « Hibù »

Installés dans la Creuse, partagez-nous vos adresses favorites, pour bruncher, danser, chanter ou vivre tout simplement ?

Nos adresses sont : L’Auberge de la Feuillade à Faux-la-Montagne (23), L’Atelier à Royère de Vassivière (23), le magasin général de Tarnac (19), La Colombe à Gentioux (23) et le Potron Minet à Eymoutiers (87). Tout ça pour manger et passer de bonnes soirées, aller à des concerts et à des expos etc…

Que retrouvons-nous dans le baladeur de Hibù ?

Dans le baladeur de Hibù, il y a : Drenge, The Cosmic Dead, L-Gante, Frustration, Cannibale, Fontaines DC, King Gizzard & The Lizard Wizard, Kumbia Boruka

Kumbia Boruka

Le groupe Hibù est présent sur Facebook, Instagram, Soundcloud et Bandcamp.

Photo de couverture ©Kathleen Missud

Anais
Passionnée de radio et accro à la crème de marron. Toujours un orgasme musical sous le coude à partager avec ses amis. Sans oublier son principal atout : sa voix.

Conversation(s) avec : Maxime Gasteuil

Previous article

La rue Jean Jaurès piétonne fin 2022 ?

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *