Conversation(s)

Conversation(s) avec Cécile de La Petite Puce

    0

    En mai 2017, Cécile Mazière a créé La Petite Puce, marque de textiles en linge ancien chiné et teint par ses soins. L’Homme en bleu, qui trouve ses créations canons, l’a rencontrée dans son appartement-atelier limougeaud.


    « Ça fait trente ans que je chine du linge ancien et que je le teins avec passion» annonce d’emblée cette jeune quinqua au sourire joyeux. Elle a installé son atelier dans un appartement à la déco pleine de charme, qui met en valeur ses créations : draps, taies d’oreillers, housses de coussins, nappes, serviettes de tables, cabas, tabliers, torchons… Tous ces textiles sont en linge ancien (lin ou métis) et teints dans des couleurs douces et subtiles. Rose thé, tilleul, terre cuite, vert cyprès, écureuil… Cécile crée ses couleurs en mélangeant des teintures. « Quand je vois une couleur, sa composition me saute presque aux yeux ! » confie-t-elle amusée. Elle a bien essayé les teintures végétales, mais le résultat se décolorait avec le temps, c’est pourquoi elle est revenue à la teinture conventionnelle.

    Une carrière dans la lingerie de luxe

    Cécile est tombée toute petite dans la marmite de la création manuelle et des jolies choses, puisqu’elle grandit entre un grand-père ébéniste, une mère qui coud et un père passionné d’art. Entrepreneuse dans l’âme, elle commence sa carrière en créant un atelier de décor sur porcelaine, qu’elle vend quelques années plus tard pour acheter la boutique de lingerie Echoppe Lingerie rue Jean-Jaurès. La marque Erès lui propose ensuite d’ouvrir une franchise à Bordeaux. Pendant des années, elle ne compte pas ses heures, « mais je baignais dans lingerie de luxe, qui valorise les savoir-faire français, la dentelle de calais, j’adorais ça ».

    De la passion à la création d’une marque

    De la lingerie au linge, il n’y a qu’un pas, que Cécile franchit quand elle décide d’une vie plus slow après le départ des enfants. « Je suis revenue à Limoges et je me suis adonnée à ma passion de la chine, de la couture et de la teinture ». Deux ans de plaisir où elle teste ses produits, et le test est plutôt concluant puisque, via son réseau, elle séduit la boutique d’une importante plage privée du côté de St Tropez. De quoi oser se lancer ! Elle intègre ensuite la team de l’association Peanuts à Limoges, commence à être distribuée chez Tom et Lulu, à l’Atelier du petit parc à Nantes et ailleurs. Un e-shop, ouvert il y a quelques semaines, vient compléter l’offre.

    Le confort absolu du linge ancien

    Une question taraude l’Homme en bleu : quel est l’intérêt de dormir dans des draps, à une époque où la housse de couette est la norme ? « Pour le confort de ces textiles anciens ! Le contact est hyper agréable. Il n’existe plus, aujourd’hui, de tissus fabriqués avec cette qualité de douceur et de thermorégulation » assure Cécile. « Et parce que c’est joli » ajoute notre esthète. Elle conseille d’utiliser un drap pour couvrir le corps avant la housse de couette. « Je trouve facilement des draps anciens, mais je trie énormément. Je ne garde que ceux qui sont en parfait état ». Les draps usés sont transformés en tabliers, serviettes de tables ou salopette pour les kids, « dans un esprit de recyclage, pour ne pas perdre ces toiles précieuses ». L’Homme en bleu, lui, a bien envie de se lover dans ces draps douillets !


    Retrouvez toutes les dernières informations et créations de la P’tite Puce :

    Emmanuelle
    Journaliste, rédactrice et photographe, Emma arpente le Limousin des villes et des champs pour divers médias et clients. Gourmande et passionnée de déco, elle déniche producteurs et créateurs talentueux.

    Le Game Fest revient pour sa 3ème édition du 26 au 28 avril à Limoges !

    Article précédent

    [TERMINÉ] Jeu-concours : gagnez les plus beaux ouvrages sélectionnés à Lire à Limoges

    Article suivant

    Commentaires

    Laisser une réponse

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *