Conversation(s)

Conversation(s) avec : Chami, programmateur radio à Beaub’FM

0

Tu ne peux plus faire de vélo ? C’est pas grave, il te reste toujours tes oreilles ! Branché sur le 89mhz, l’Homme en Bleu a voulu en savoir plus sur le quotidien pendant et avant confinement de Chami, programmateur radio à Beaub’FM, la radio indé basée à Beaubreuil.


Beaub FM Chami

Avant tout, c’est quoi à l’origine Beaub FM?

Chami – L’antenne est née en 1987 à l’initiative d’une bande de jeunes bénévoles qui cherchaient à s’occuper, prendre la parole. Car peu de temps avant, la radio était un média étatique. L’émergence des radios libres c’était avoir accès à un outil pour se faire entendre par d’autres, quelque chose de nouveau avec une grande liberté.

Et en 2020, on en est où?

Chami – Depuis la fin des années 90 et la mise en place des emplois jeunes, la radio fonctionne avec 4 salariés (ndlr : dont des temps partagés, poke Isabelle graphiste de talent & Léa comptable). On retrouve des programmes permanents quotidiens. 25 créneaux hebdomadaires sont également ouverts à des émissions bénévoles.

Nous avons 33 ans d’existence, ce qui peut paraître “vieux”, mais en réalité nous avons su nous structurer et prendre de l’ampleur sur la scène nationale des musiques actuelles seulement au cours de ces 15 dernières années, ce qui reste finalement assez récent.

Beaub FM
Du bon son et des belles illustrations

Donc Beaub’FM est une radio reconnue sur le terrain des musiques indé?

Chami – Oui, grâce à internet, à notre structure associative, nos initiatives avec les salles de concerts, les plateaux radios, les retransmissions, les interventions… Nous sommes la seule radio en Limousin voire en Nouvelle Aquitaine à proposer de telles interactions. Nous sommes depuis le départ membre du réseau Férarock, réseau des radios associatives des musiques actuelles : ce réseau qui comptait à la base 7 structures et qui en compte aujourd’hui 25 en France, Belgique et Canada a permis de se fédérer pour avoir du poids auprès des labels de musique. La Férarock permet aussi de porter la voix des radios associatives auprès du Ministère de la Culture.

Mais c’est quoi le “style” Beaub’FM exactement?

ChamiRires Ouh là… Plus qu’un style, c’est une culture, la culture indé. A l’image des acteurs mis en avant dans notre radio : des gens qui ont une façon de faire, une vision des choses communes autour de la culture. Donc il y a aussi bien du rap, de l’électro, de la pop… A partir du moment où tu vas chercher des groupes indé, il y a des “choses” en commun, un état d’esprit.

Sur Beaub’FM on met en avant une programmation variée. Je trouve que la musique est un art maltraité, c’est le seul art à subir une telle répétition, on entend sur certaines ondes 300 fois la même chanson, alors que personne dans la vie ne ferait ça avec un film ou un livre, pas 300 fois… Je me bats donc pour proposer des nouveautés, la playlist Beaub’FM a 1 an et demi maximum. Ça peut dérouter mais si ça fait réagir alors ça me va !

Beaub FM styles

Comment devient-on programmateur?

Chami – Je gravitais à titre perso dans le milieu associatif et culturel depuis des années déjà, mais jamais je n’aurais pensé en faire mon métier ! (ndlr : Chami avait un label de musique et travaillait avec des groupes locaux comme The Lost Communists) J’étais électricien et après la crise de 2008, je me suis retrouvé au chômage. J’ai rencontré le Directeur de Beaub’FM au bistrot, il était en pleine conversation avec le barman et recherchait un animateur. Je me suis proposé et 3 jours plus tard, j’étais à l’antenne en direct.
Ensuite j’ai appris sur le tas avec les collègues, et quand le poste de programmateur s’est libéré, j’ai postulé.
A Beaub’FM, nous n’avons pas de profil école de journalisme ou radio, c’est ce qui fait le charme de la radio associative. On s’est néanmoins structuré et professionalisé avec le temps.

adventure time relax GIF

Comment sélectionnes-tu les morceaux?

Chami – Je consacre environ 1h par jour à traiter et écouter les nombreux morceaux envoyés par mails, environ 3% seront sélectionnés. On reçoit aussi en temps normal des disques à la radio.
Le reste, c’est du “diggage”, je vais rechercher des groupes via des webzines, des salles de concert, j’entre en contact avec des micro-labels… La semaine dernière j’ai passé 1h30 à écouter des groupes chinois, je n’ai rien sélectionné pour cette fois…

En une semaine j’écoute environ une centaine d’albums . Mais avec le temps, j’arrive à me faire une idée en 5 à 15 secondes. Pour les morceaux qui prêtent à hésitation, je fais passer à l’équipe et on fait un choix collégial.

Et en plus de la programmation musicale, tu fais quoi?

Chami – Je travaille avec l’équipe en temps normal sur la mise en place d’émissions à l’extérieur comme Curieux avec Récréascience & l’Homme en Bleu (poke!), des événements avec Hiero au Phare, des plateaux radios lors de différents festivals…. Je travaille avec les partenaires pour relayer les concerts et événements, par exemple faire gagner des places dans d’autres salles au rayonnement national pour inciter à découvrir de nouveaux lieux de culture indé, ça permet à la radio de rayonner un peu plus nationalement
On organise aussi avec des intervenants extérieurs des ateliers radios avec des collégiens et lycéens ou encore des interventions régulières comme celles avec le centre social de Beaubreuil où on intervient sur 6 à 8 ateliers de 30 min mensuels sur le temps de soutien scolaire, après les cours, auprès d’une vingtaine d’élèves.

beau fm goodies

Comment tu travailles dans un contexte Covid?

Dès le 16 mars avant l’annonce du confinement, on s’est réunis à Beaub’FM et on a réparti le matériel. Comme on est habitués aux plateaux extérieurs, on a pu assurer une certaine continuité du direct avec le matériel à disposition. On fait 2 réunions hebdo pour s’organiser et notre rapport au temps est différent, avant on raisonnait à 3 mois avec des festivals, des événements hors les murs, maintenant c’est plutôt sur 2 semaines, mais on s’adapte !

BEAUB FM radio garage


De mon côté, je prends l’antenne en semaine avec radio Garage entre 16h30 et 18h, depuis mon garage. Je continue à passer des disques et recevoir des morceaux. Le vendredi on a mis en place une émission spéciale dédicaces. Et puis avec le contexte Covid, il y a une proximité avec les invités dans l’émission qui s’est installée, quelque chose d’assez inédit : il y a une certaine bienveillance, tout le monde est très disponible, plus que d’habitude. Je vais recevoir à distance Ropoporose, en temps normal ça me ravit, mais là encore plus, je sais que ça va être chouette.

Un dernier mot pour la fin?

Chami – Oui, il faut écouter la radio libre, défendre le milieu associatif et ses valeurs, on n’est pas assez nombreux.


Retrouve toute la grille des programmes et écoute la radio en direct sur le site de Beaub’FM Et pour les actus il y a aussi la page Facebook.

Et jette un œil à l’article sur nos podcast préféré, retrouve entre autres celui de Pépé Joe sur la même antenne du 89mhz.

Crédits photos & illustrations : Beaub’FM & Isabelle Decoux

Laure
Cette rêveuse adepte de bon vin et de bande dessinée graphique aime écouter et retranscrire des histoires, surtout quand elles se passent en Limoumou!

    Voici notre sélection des 20 lieux de Limoges qui te livrent à manger + 18 qui font à emporter !

    Article précédent

    Top 5 des forêts pour abandonner sa belle-mère (feat. Le Fopulaire*)

    Article suivant

    Commentaires

    Laisser une réponse

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *