Conversation(s)

Conversation(s) avec Camille Larrat-Mazeaud, de La Main Française

    0

    Limougeaude depuis peu, Camille a créé La Main Française pour valoriser les artisans français, à commencer par les Limousins ! Rencontre avec une entrepreneuse qui a de l’énergie à revendre !


    Petit aperçu du site lamainfrancaise.org

    LHEB : Bonjour Camille, tu as créé la Main Française, de quoi s’agit-il ?

    Camille : La Main Française, c’est une plateforme qui référence les artisan.e .s et créateur.trice.s français.e.s qui fabriquent des produits écoresponsables. Sur le site internet, vous trouverez un moteur de recherche avec des filtres (comme zéro déchet, savoir-faire remarquable, vegan etc.) C’est aussi une boutique, avec une sélection d’objets, que vous pouvez acheter sur des sites marchands partenaires. La Main Française, c’est aussi un panel de services pour les créateur.trice.s. Beaucoup ont besoin de vendre mieux, pour simplement vivre mieux, je leur propose donc des actions de communication, de commercialisation, de conseil…

    En fait je m’adapte à leurs besoins, ce sont eux qui me donnent des idées ! En novembre, j’ouvre ainsi une boutique pour deux mois en centre-ville de Limoges, Noël Autrement, où vous trouverez du mobilier, de la déco, des bijoux, des sacs ou encore des cosmétiques, le tout 100 % artisanal et made in France !

    LHEB : Peux-tu nous donner des exemples d’artisan et d’artisanes que l’on peut trouver sur La Main Française ?

    Camille : Pour le moment, je travaille principalement avec des entreprises locales : la créatrice de bijoux Marie Duvert, l’ébéniste Création Châtaigner, les fabricants de couettes et matelas Laine et Compagnie, le laboratoire cosmétique Pays’âne, ou encore le textile de Mijote déco. Tous ces artisans et artisanes seront présents à la boutique Noël Autrement, avec d’autres, sélectionnés sur des critères éthiques et esthétiques.

    Coussins de Mijote déco, bouquet Bergamotte et lampe en porcelaine L’Atelier du blanc
    Photo prise sur l’Instagram de @camille.lamainfrancaise

    LHEB : Comment t’est venue cette idée de création d’entreprise ?

    Camille : Voilà 10 ans que je travaille dans le commercial et la communication. J’ai travaillé aussi bien pour des petites boîtes, des start-ups, que des grands groupes du Cac 40, notamment ces six dernières années, où je vivais et travaillais au Chili pour un grand groupe d’assurances. Mon mari a été muté à Limoges et je me suis dit que c’était le moment pour moi de passer à autre chose. J’avais besoin de remettre du sens dans mon travail, sans pour autant me reconvertir, car j’avais envie de capitaliser sur mon expérience, mettre à profit ce que je sais faire.

    J’étais attirée par le monde l’artisanat, très présent dans ma famille, et puis je voulais revenir au concret, après avoir vendu de l’immatériel. Je sais que les artisans et les artisanes manquent souvent de temps ou de compétences pour se vendre, et aussi d’argent à investir dans ces aspects… Du coup ça peut devenir un cercle vicieux. Pour casser ça, je m’appuie sur un concept fort dans l’économie sociale et solidaire : la mutualisation. Je propose toujours des actions collectives aux créateurs et créatrices qui font appel à moi, afin de réduire les coûts.

    LHEB : Des actions collectives comme cette boutique éphémère…

    Camille : Oui, par exemple, mais aussi par exemple des shootings photos mutualisés, qui réunissent plusieurs objets qui s’accordent bien ensemble. J’aime créer des synergie entre les créateurs et les créatrices. Mutualiser un photographe, une boutique éphémère ou une plateforme de référencement en ligne, c’est économique, mais cela permet aussi à tous ces professionnel.le.s de se rencontrer, de faire réseau, de sortir de leur solitude. Le côté relationnel de mon nouveau métier est également essentiel pour moi.

    Robe de chez Typhaine shop, sac de Kozhha Maroquinerie, bijoux de Marie Duvert, que des créatrices limougeaudes ! Crédit Photo : PhotobyMarie.

    LHEB : Tu mets aussi en avant le côté écologique…

    Camille : Oui, c’est très important. J’aime l’objet, le bel objet que l’on garde, du coup, mon envie de valoriser l’artisanat a résonné avec les enjeux écologiques. L’aspect social est tout aussi important pour moi. Je souhaite contribuer à ce que les artisans et artisanes puissent vivre de leur savoir-faire.


    Emmanuelle
    Journaliste, rédactrice et photographe, Emma arpente le Limousin des villes et des champs pour divers médias et clients. Gourmande et passionnée de déco, elle déniche producteurs et créateurs talentueux.

    [BON PLAN – TERMINÉ] Trace Hip Hop Empire le 6 octobre @ Zénith de Limoges

    Article précédent

    [BON PLAN – TERMINÉ] Muses @ Opéra de Limoges (2*2 places à gagner)

    Article suivant

    Commentaires

    Laisser une réponse

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *