Conversation(s)

Conversation(s) avec : Antoine Binet, alias Briquefan

0

Retour sur un créateur de vidéos bien de chez toi : Briquefan, le collectionneur de Lego ! Armé d’une équipe et de maquettes fait-maison, il te plonge dans les coulisses du petit monde de la brique, avec humour et facétie. Il était donc impossible pour l’Homme en Bleu de passer à côté de son créateur : Antoine Binet.


LHEB : Bonjour Antoine, peux-tu te présenter : qui es-tu et qu’est-ce que tu fais ?

Antoine : Je m’appelle Antoine, j’ai 27 ans. Je me considère comme réalisateur, dans l’audiovisuel pour l’instant et bientôt dans le cinéma on espère, parce que on n’en a jamais été aussi proche. J’ai fait un BTS audiovisuel sur le montage et la post-production pour me professionnaliser. Alors évidemment, ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est que vers la fin de mes études, en deuxième année, je me suis dis que j’allais me lancer sur Youtube.

En parallèle de ça, j’ai travaillé dans la publicité et j’ai réalisé quelques clips vidéo. J’ai également eu l’occasion, vers la fin de Briquefan ,de réaliser une autre web-série qui s’appelle Mode d’emploi. Il s’agit également d’une chaine Youtube mais qui s’intéresse au monde du chômage et de la recherche d’emploi. C’est un autre univers mais toujours avec un ton un peu décalé.

LHEB : Peux-tu décrire un peu ce qu’est l’émission Briquefan pour les néophytes qui n’ont pas encore eu la chance de découvrir ton contenu ?

Antoine : Briquefan commence par une parodie – ou une réécriture – du film dont on parle. Le film Indiana Jones, dans l’univers du Lego, en est un bon exemple. Dans le contenu de chaque épisode, je reviens, boite après boite sur les sets dédiés à l’univers traité. J’analyse les figurines et les typographies avec beaucoup d’humour, afin que ça puisse amuser les gens qui ne s’intéressent pas forcément aux Lego. A la fin, il y a une conclusion pour évoquer des problématiques connues de la communauté Lego.

Le logo de la chaîne “Briquefan” casse des briques !

LHEB : Raconte un peu : Briquefan, comment tout a commencé ?

Antoine : Vers la fin de mes études, je me suis dis que j’allais me lancer sur Youtube, car j’étais un grand amateur de contenus vidéos, chaines et youtubers de l’époque qui développaient avec humour différents sujets. Je pense à Joueur du Grenier, What the cut ? et à Salut les geeks ! qui sont les trois principaux. Tout ce qui était autour m’attirait également, c’est-à-dire : la petite notoriété, les conventions, les autographes. Il faut être honnête.

J’ai donc réfléchi pendant l’été sur l’idée de faire une émission spécialiste comme Joueur du Grenier. Je ne saurais dire à quel moment le Lego s’est imposé à moi. J’étais fan de Lego avant bien sûr mais j’avais un peu délaissé cette passion depuis quelques années. Lorsque j’ai rencontré l’association Prise de vue, j’ai pu commencer à réunir une équipe de tournage sur Limoges avec laquelle je pouvais, épisode par épisode, imaginer les scenarios les plus fous et les plus infaisables possibles pour continuer la chaine.

Au départ, c’était très artisanal. Je tournais dans ma chambre, avec le Canon 600D de ma grande sœur. Je n’avais pas de micro…et donc, c’était le micro de la caméra. Par la suite, il se trouve que j’ai gardé ma chambre comme décor, mais cela restait assez basique. Mes camarades de promotion regardaient les vidéos en disant « Oui c’est sympa, c’est intéressant. Tu es sûr que tu veux en faire beaucoup ? »

LHEB : Balance une petite anecdote marquante de tes précédents épisodes !

Antoine : Avec plaisir ! Sur le tournage du Faucon Millenium : c’était le premier tournage où il y avait beaucoup de figurations. On passait d’une équipe de 6 personnes dans mon jardin, à une équipe de 86 personnes dans le Time’s privatisé pour l’occasion. C’était une ambiance différente. On travaillait comme une journée de tournage basique, mais pour les figurants, ça ressemblait à une grosse fête. Ça fait des souvenirs très forts.

LHEB : Finalement, après plusieurs années de production, l’épisode 17 de Briquefan sur Le Hobbit est enfin sorti, le dernier épisode ! Un petit mot sur cette aventure ?

Antoine : Après la sortie de l’épisode 16, on s’est rendu compte que le système de bénévolat avait atteint ses limites pour l’ambition du 17ème épisode. Au final, sa réalisation s’est étalée sur 5 ans. Selon moi, les tournages de l’émission devaient fonctionner de façon professionnelle, un peu comme dans une cuisine d’un grand restaurant, alors que ça ressemblaient plutôt à un grand déménagement. Plusieurs problèmes nous obligeaient à décaler le tournage. Il y avait un noyau dur puis des personnes plus ou moins présentes ou absentes au dernier moment. Sans parler de tant d’autres petits problèmes. C’était également l’époque où les autres et moi, on commençait à se lancer dans la vie professionnelle. On avait de moins en moins de temps libre pour développer ça. Donc, beaucoup de découragement et de procrastination ont achevé d’étaler la confiture.

Mais maintenant il est sorti. Je peux te dire que psychologiquement, il va y avoir un gros palier de décompression pour réaliser que, ce qui a pris 5 ans entiers de ma vie, est enfin accompli. Concernant les retours critiques, comme il s’agit d’une chaine qui a 8 ans et qu’on a attendu ce dernier épisode pendant 5 ans, il y a beaucoup d’effet nostalgie dans les commentaires. Des jeunes qui suivaient Briquefan à ses débuts étaient au collège, maintenant ils sont au lycée, voire, en études supérieures pour certains. C’est donc essentiellement des bouffées de nostalgie et de remerciements qui ressortent puisqu’ils ont bien compris que c’était la fin.

Maintenant, je peux me lancer sur la suite de mon parcours. Actuellement, je suis en train d’écrire un assez long making-of de ces 5 années que je dois publier pour moi et pour les gens qui ont attendus. Briquefan a été mon laboratoire de jeune réalisateur. C’était aussi pour cela que je le faisais. Cela m’a permis d’expérimenter les effets visuels, la direction de comédiens, le montage, les effets spéciaux, la mise en scène tout simplement. Ça m’a permis de beaucoup progresser.

Il y a un peu plus d’un mois, nous avons organisé une avant-première pour présenter l’épisode et ce fut une étape de plus. C’était vraiment une soirée parfaite. On a pu se retrouver en petit comité, avec l’équipe, les proches et éventuellement deux trois personnes extérieures. Il restait encore un mois de travail derrière donc je ne pouvais pas encore crier victoire, car la version était encore en cours de production. Mais on a pu projeter une version raccourcie à l’espace Noriac de Limoges.

LHEB : As-tu eu des retours critiques de gens passionnés par les Lego ?

Antoine : Je sais que Briquefan est un peu un ovni. Il y a assez peu de contenus Youtube sur les Lego ou alors, c’est souvent des choses basiques, comme des analyses des boites qui viennent de sortir cette année, des théories sur celles qui sortiront les années d’après. Briquefan possède au contraire, un petit côté review décalé avec de la mise en scène. J’étais le seul à l’époque et je suis toujours le seul actuellement, il me semble. Mes confrères disaient que l’émission apportait aussi de la fraicheur car c’était assez rare dans le monde des Lego qu’on trouve de l’autodérision et de la remise en question.

C’est un univers souvent bienveillant mais on retrouve parfois des petits conflits sur des forums de Lego alors que ça reste une passion et ça en devient ridicule. Je ne suis jamais tombé là-dedans et je ne suis pas non plus aussi fan de Lego que ma communauté. Cela me permet d’avoir plus de recul et de proposer un contenu plus libre.

LHEB : Nous avons fait un article sur les youtubers de Limoges, dans lequel tu étais cité. Que penses-tu du milieu et de Youtube en général ?

Je pense que cela devient de plus en plus dur de commencer Youtube aujourd’hui. Maintenant il y a une grande masse de contenus et il y a une forte exigence sur le son et l’image et ce, dès les premières vidéos. C’est comme mettre une petite annonce au milieu d’un champ de posters. Certaines chaines feront peut-être partie des chaines qui resteront à 500 vues. On a souvent besoin de soutien et/ou d’un parrain.

J’ai pu être mis en valeur en 2013 par un gros blog de Lego et ça a lancé la machine, mais seul, ça restait compliqué. Parfois, je vois des gros youtubers qui ont eu l’occasion de partager mon travail, mais souvent ça n’apporte pas beaucoup de gens. Il y avait une belle démarche à l’époque, celle d’Antoine Daniel : dans ses vidéos de FAQ, le 29 avec Antoine Daniel, qui présentait 3 chaines à chaque épisode. Cela a lancé la carrière de plusieurs personnalités comme le Fossoyeur de films ou E-penser par exemple.

J’ai pu faire une collaboration avec Benzai. C’était le meilleur ami d’un de mes amis de promo. Je leur avais envoyé une de mes premières vidéos pour leur demander leurs avis.

Antoine Binet, créateur de l’émission Briquefan.

Maintenant que l’émission Briquefan est finie, j’aimerais bien continuer à poster quelques formats sur la chaîne, même si ça ne parlera plus vraiment de Lego. J’ai également en projet de créer une chaine youtube anglophone pour expliquer comment faire des décors miniatures. Les premiers épisodes seront des explications à partir des photos du tournage de Briquefan, et j’ai déjà 12 maquettes avec en plus d’autres décors que j’ai pu faire pour des clients. J’ai donc quelques épisodes d’avance. Je choisis de le faire en anglais pour m’améliorer en anglais et toucher un public plus large.

LHEB : Les lecteurs pourraient te souhaiter quelque chose pour la suite de ton parcours professionnel ?

Antoine : De croiser des gens qui acceptent de financer mes projets. Le bonheur et la créativité je m’en charge, mais si vous pouvez prier avec moi pour que je trouve des gens qui me fassent confiance et qui me réunissent des financements pour que je puisse vivre de mon travail, c’est cela qu’on peut me souhaiter.

Et pour la suite, j’ai repris le travail, les films à manger, ce n’est pas forcément très passionnant. Je suis en train d’écrire un court-métrage que je vais proposer à des sociétés de productions limousines et si cela ne fonctionne pas, je les proposerai à Paris. J’essaie toujours de trouver un équilibre entre m’épanouir professionnellement et mettre à l’honneur les sociétés de Limoges. Mon objectif à long terme est d’écrire quatre ou cinq courts-métrages puis ensuite faire des longs-métrages.

Jérôme
J'écris, je fais de la vidéo et je suis un aficionados du thé. Toujours en quête de nouveautés en Limousin, j'aime découvrir des lieux et goûter de la bonne nourriture. Sans blague, invitez-moi à vos repas, j'adore la bouffe.

[BON PLAN] #Cinoche avec “Mandy” proposé par Décal’Ciné(2*2 places à gagner)

Article précédent

“Bao” à Limoges : des spécialités asiatiques à dévorer en urgence !

Article suivant

Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *