Conversation(s)

Odile et Jean-Loup Bernard, dirigeants de Solibio à Solignac !

    0

    Solibio est l’une de ces entreprises limousines méconnues dont les produits rencontrent un franc succès en France comme à l’international. Produits cosmétiques, produits d’entretien, l’entreprise mise sur une chimie locale et responsable pour séduire ses clients.


    Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? Quel est votre parcours personnel et professionnel ?

    Jean-Loup : Je suis né et j’ai grandi en banlieue parisienne. Je suis ingénieur chimiste de formation et j’ai passé ma thèse dans les années 90 à l’Institut Français du Pétrole – aujourd’hui l’IFP Énergies nouvelles -.

    J’ai travaillé dans plusieurs usines en France en tant qu’ingénieur procédé, j’étais notamment chargé de concevoir de nouvelles usines. Nous avons quitté Paris pour Lyon puis nous sommes arrivés en Limousin en 1995 lorsque j’ai été embauché chez So France. C’est une boîte française située à Nexon qui appartient au groupe Safran et qui fabrique des filtres pour l’aéronautique, les satellites, etc.

    Odile : Moi aussi, je suis originaire de Paris. J’ai suivi les mêmes études que mon mari, nous nous sommes rencontrés très jeunes lorsque nous étions étudiants. J’ai également travaillé en ingénierie mais plutôt du côté financier. J’étais notamment chargée de chiffrer le coût des installations nouvelles pour des gros sites d’industries chimiques.

    En quelle année avez-vous créé Solibio ? Pourquoi l’avoir créée ? Quelles étaient vos ambitions à l’origine ?

    Jean-Loup : Nous avons créé Solibio en 2001 lorsque j’ai démissionné de So France. Nous souhaitions renouer avec une chimie responsable qui a le souci de préserver l’homme et son environnement.

    Au départ, nous produisions des filtres anti-odeur pour les fosses septiques, ce qui n’a pas grand-chose à voir avec ce que nous faisons aujourd’hui ! Nous avons aussi beaucoup travaillé avec le groupe Seb pour qui nous avons réalisé de nombreuses études.

    À l’époque, nous avons effectué un énorme travail sur les huiles végétales, leur vieillissement, leurs origines, etc. C’était une expérience majeure puisque tout ce que nous avons appris sur les huiles, nous l’utilisons aujourd’hui pour réaliser nos produits.

    Odile : Nous avons 6 enfants et nous avions vraiment besoin de faire ces études pour mettre du beurre dans les épinards. C’est très compliqué de partir de zéro et de mettre en place des nouveaux procédés de chimie. Il nous a fallu être patients.

    Pourquoi s’être installés en région Limousin ?

    Jean-Loup et Odile : Nous avons eu un véritable coup de coeur pour la région. Nous n’étions jamais venus avant que Jean-Loup ne vienne travailler pour So France. Découvrir ces usines au milieu des moutons nous a totalement enchantés !

    Nous avons également eu un véritable coup de coeur pour Solignac, nous avons trouvé une magnifique maison et nous avons considéré que le cadre était parfait pour se lancer dans une aventure entrepreneuriale.

    Aujourd’hui, quelle est l’activité de Solibio ? Quels types de produits fabriquez-vous ?

    Odile et Jean-Loup : Solibio est une entreprise de chimie qui conçoit et commercialise des produits cosmétiques, alimentaires, d’entretien, etc.

    Nous avons toute une gamme de produits qui couvrent différents besoins. Nous faisons des gels douche, des savons, des insecticides, des huiles, de la lessive, etc.

    Quelles sont les particularités de Solibio ?

    Jean-Loup : Nous travaillons uniquement avec des matières bio et locales. Toute l’année, nous pesons les camions qui arrivent sur nos sites de production et nous regardons le pourcentage de matière bio.

    Aujourd’hui, 90% des matières que nous transformons sont bio. En gros, seuls les cartons et les plastiques – que nous recyclons par ailleurs – ne sont pas bio. C’est unique en France puisque les chimistes travaillent en moyenne avec 5% de matières bio.

    Odile : Nous avons également la volonté de ne produire aucun déchet lorsque nous concevons nos produits. Nous avons toujours eu cet objectif en tête : protéger la santé des hommes et leur environnement.

    Est-ce que c’est compliqué de faire de la chimie avec des matières BIO ?

    Jean-Loup : Oui, c’est plus difficile mais c’est aussi bien plus efficace. Nous devons comprendre parfaitement les matières premières et prendre en considération leurs différences, leurs évolutions.

    Odile : Le cahier des charges reste toujours le même mais les produits étant divers, il nous arrive de devoir modifier un procédé pour obtenir le résultat attendu. Ce sont des matières vivantes, cela demande beaucoup de savoir-faire.

    Pourquoi travailler exclusivement avec des producteurs locaux ? N’est-ce pas trop compliqué pour faire les recettes ?

    Jean-Loup : Aujourd’hui, nous travaillons avec trois coopératives et une dizaine d’agriculteurs indépendants. Tous sont certifiés bio sachant que la totalité des produits est récoltée dans un rayon de 200 km.

    Nous avons toujours voulu travailler à l’échelle régionale car nous pensons que l’avenir de la chimie est là. Nous avons besoin d’une vingtaine de matières premières pour réaliser tous nos produits et nous avons pensé notre activité pour qu’elle puisse s’opérer avec des producteurs locaux. D’ailleurs cette année, la récolte de colza est très mauvaise !

    Odile : Tous nos produits possèdent un numéro de lot, ce qui permet de savoir précisément d’où viennent les matières premières. Et s’il faut adapter une recette pour pouvoir travailler avec des producteurs locaux, nous le faisons sans hésiter.

    Boutique de Solignac

    La boutique de Solignac est située au 98 Avenue Saint Eloi à Solignac.

    Combien de salariés travaillent aujourd’hui chez Solibio ? Quel est votre chiffre d’affaires ?

    Jean-Loup : Aujourd’hui, Solibio compte 11 salariés à temps plein sans compter les apprentis et les stagiaires. En 2016, nous avons eu un chiffre d’affaires de 750 mille euros et l’année 2017 est une excellente année puisque pour la première fois, nous allons passer le cap du million d’euros de chiffres d’affaires. Nous avons une croissance à deux chiffres, ce qui est un bon présage pour l’avenir !

    Odile : S’agissant des recrutements, la formation est assez longue. Il faut deux ans pour qu’un salarié soit pleinement opérationnel. Sur le chiffre d’affaires, il faut préciser que nous consacrons un peu plus de 30% de notre chiffre d’affaires à la recherche et au développement.

    Où trouve-t-on les produits Solibio ? Comment vos produits sont-ils distribués ?

    Odile et Jean-Loup : Vous pouvez trouver nos produits à peu près partout et sous différentes marques. Nous faisons de la marque de distributeur, nous sommes présents dans les supermarchés et nous sommes également présents dans tous les magasins bio en France, en Belgique et au Luxembourg.

    Nous distribuons aussi nos produits en crèches, nous vendons également nos produits directement sur notre site internet et nous avons aussi notre boutique à Solignac.

    Avez-vous des projets dans les tiroirs à nous annoncer ? Quels sont vos axes de développement pour les années à venir ?

    Odile et Jean-Loup : Nous croyons beaucoup aux produits sans allergènes et sans perturbateurs endocriniens, c’est une vraie question de santé publique. Nous allons lancer de nouvelles gammes de produits en ce sens mais c’est assez compliqué à produire.

    Nous allons également lancer une gamme de farine et nous allons bientôt ouvrir notre nouvelle boutique à Solignac qui sera plus grande et bien plus agréable pour les visiteurs !


    Solibio
    98 Avenue Saint-Eloi, 87110 Solignac
    Site Web

    Martin
    Journaliste et communicant, Martin est revenu en terre limousine après des années passées à Paris. Curieux et bon vivant, Martin sillonne le territoire à vélo pour dénicher les perles rares.

    Le Mont Gargan, par @e.courivaudphoto

    Article précédent

    La prochaine Coupe de France de Quidditch se tiendra à Limoges !

    Article suivant

    Commentaires

    Laisser une réponse

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *