PROMOS DE NOEL
Curiosité(s)Les Tops

3 choses sur l’Histoire de la toute première frairie des petits-ventres.

0

L’Homme en Bleu a fait une trouvaille des plus surprenantes lors de la Frairie des Petits Ventres de vendredi dernier. Alors qu’il s’apprêtait à enfourcher son vélo, il a trouvé un document décrivant la genèse de la toute première frairie. L’Homme en Bleu va te parler d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre et te faire partager ce document unique …

La Frairie des Petits Ventres

L’initiative de l’Eicola Dau Barbichet

A l’approche de l’année 1973, L’Eicola Dau Barbichet (école folklorique) s’apprête à fêter son cinquantième anniversaire. Elle souhaite marquer le coup mais n’a pas pour seule intention de célébrer son anniversaire. Elle propose de (re)créer un événement alliant originalité et convivialité afin de redonner à l’un des plus anciens quartiers de Limoges ses allures d’antan. Une sorte de grand banquet festoyant qui aurait lieu dans les rues pavées du quartier de la Boucherie.
Pour ce faire, plusieurs organisations rejoignent l’idée de l’école. On compte parmi les instigateurs de cette soirée le groupe Renaissance du Vieux Limoges, la Confrérie Saint-Aurélien, les commerçants de la rue de la Boucherie et le Syndicat d’Initiative. On note également le soutien de la municipalité.

FPV_premierbilan

Plusieurs exigences sont établies. L’ensemble des protagonistes souhaitent l’inscrire dans la durée afin que chaque limougeaud puisse profiter le temps d’une soirée d’un moment de ferveur et de réjouissance. Ils souhaitent montrer qu’il est possible de s’inspirer d’anciens usages pour susciter une fête populaire dans un quartier au passé exceptionnel, symbole de l’attachement profond des limougeauds à leur ville et à son histoire.

Après un an de travail, d’organisation et préparatifs en tout genre, l’Eicola Dau Barbichet, Renaissance du Vieux Limoges, la Confrérie Saint-Aurélien, les commerçants de la rue de la Boucherie et le Syndicat d’Initiative venaient de créer la Frairie des Petits Ventres.

Les bouchers de la rue ne sont donc pas du tout à l’origine de cette célèbre fête.

 

Le secret du 3ème vendredi du mois d’octobre.

La première frairie s’est tenue le vendredi 19 octobre 1973. Tu dois te demander pourquoi un vendredi et pourquoi est-ce toujours le troisième du mois d’octobre ? Hé beh L’Homme en Bleu va te le dire.
Le vendredi a été choisi parce que la frairie a pour vocation d’animer les commerces du quartier de la Boucherie. Mais pour ne pas empiéter sur le traditionnel marché du samedi matin, les organisateurs ont choisi de le faire le vendredi. C’est en quelque sorte le marché du samedi avancé de quelques heures.

FPV_19oct

Pour ce qui est de la date (le 3ème vendredi du mois d’octobre), il a été décidé d’organiser la Frairie à la date la plus proche de celle de l’ancienne foire d’automne, soit à la Saint Gérald.  (Saint Géraud actuellement et non Saint Giraud).

 

Un programme quasi inchangé depuis plus de 30 ans.

L’Homme en Bleu a également découvert dans ce manuscrit le tout premier programme de la Frairie. Et force et de constater que depuis 1973, c’est (presque) la même chanson. La Frairie était à l’époque organisée uniquement le vendredi soir de 19h à 22h. Ce n’est que plus tard que le vendredi sera entièrement banalisé pour organiser la Frairie.

Au niveau de l’animation, la rue de la Boucherie et la place Saint-Aurélien sont accessibles aux piétons et toutes les boutiques sont ouvertes. Bouchers, tripiers, charcutiers, proposent aux chalands les spécialités limougeaudes et parmi elles on retrouve les girauds, les gogues, les petits-ventres, les joues de comédiens, les boudins, les andouillettes, les couilles de mouton et bien d’autres encore.
Pâtissiers et boulangers proposent galetous, beignets, gaufres, pâtés à gros bords et du pain de campagne.

 FPV_fullLe recours à la tradition donne à des milliers de Limougeauds la joie de rompre pour un jour avec la banalité de la vie courante et en fit les acteurs fervents d’une oeuvre de sauvegarde dont on mesure aujourd’hui encore l’importance et l’utilité.

La Femme à Barbe, une brasserie comme on aime bien

Article précédent

Agenda Culturel #9

Article suivant

Commentaires

Les commentaires sont fermés

Connection / Inscription