Aujourd’hui l’Homme en bleu t’embarque avec lui dans ses folles aventures : ne reculant devant aucun défi pour te faire plaisir, il a participé aux Echappées d’Art contemporain organisées par le réseau Cinq 25.

Pour ceux qui n’auraient pas suivi, Cinq 25 c’est le réseau d’art contemporain en Limousin. Plusieurs fois dans l’année, il organise des Echappées, c’est-à-dire des parcours faisant escale dans plusieurs lieux du réseau (musées, ateliers d’artiste, espaces d’exposition…) et qui permettent des moments privilégiés en compagnie des équipes des différentes structures. On y découvre donc à la fois le fonctionnement et les missions de ces lieux et leurs actualités, en particulier les expositions qu’ils accueillent.

Attache ta ceinture, c’est parti pour un retour sur l’Echappée qui a eu lieu le 25 juin. Au programme : le CRAFT à Limoges, le Musée départemental d’Art contemporain de Rochechouart et le Sirque de Nexon. Reportage en immersion.

L’art contemporain en Limoumou : qui est-il ? que fait-il ? quels sont ses réseaux ?

Premier arrêt : le CRAFT

Rendez-vous est donné au Centre de Recherche sur les Arts du Feu et de la Terre, situé en haut de l’Avenue Labussière. Pas forcément très connu des limougeauds, cet endroit est pourtant un haut lieu de la recherche sur les possibilités techniques et artistiques de la céramique.

Vue des ateliers du CRAFT Limoges
Instant « C’est pas sorcier » : la terre réduit de 15% à la cuisson : le vase de gauche vient tout juste d’être démoulé alors que les deux autres sont déjà cuits. Et chaque gamme de couleur a sa température spécifique et demande donc sa propre cuisson.

On y découvre donc à la fois des projets de mobilier urbain, des prototypes de tuiles en porcelaine ou même un émail phosphorescent (#idéedusiècle) mais aussi des œuvres d’art achevées (le CRAFT possède un fond d’une centaine d’œuvres, toutes réalisées sur place) ou en cours de réalisation. Le CRAFT a pris le parti de travailler avec des artistes, designers et architectes néophytes en matière de céramique ; ils sont libres d’imaginer les œuvres les plus folles, c’est ensuite l’atelier qui assure la connaissance technique qui permettra leur réalisation.

DELVOYE_butdefoot_CRAFT
La cage de but en porcelaine de Wim Delvoye (aka l’artiste qui tatouait les cochons). ©CRAFT Limoges

Transition pratique : c’est au CRAFT que Simone Fattal, artiste libanaise, a réalisé Kouros, une œuvre en grès qui est exposée à Rochechouart. Et oh ! coïncidence : c’est la prochaine étape de notre périple.

L’Homme en bleu est donc monté dans le bus des Echappées tel une star du rock, direction Rochechouart pour visiter non pas une, ni deux, mais bel et bien trois expositions mesdames et messieurs.

Deuxième arrêt : le Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart

C’est aux côtés du directeur du musée, Sébastien Faucon, que l’Homme en bleu et ses compagnons de voyage ont pu découvrir ces trois expositions, consacrées chacune à un artiste, dans le cadre idyllique du château médiéval de Rochechouart.
La première présente des œuvres de Raoul Hausmann autour de la thématique mythologique du Minotaure. Le musée de Rochechouart possède un très riche fonds de cet artiste dada ayant fini sa vie en Limousin après avoir fui l’Autriche pendant la guerre.

La deuxième exposition est la première rétrospective consacrée à Simone Fattal en France ; elle présente à la fois des tableaux, des sculptures, des collages et de la vidéo, réalisés entre le Liban, la Californie et Paris. Divers médiums qu’elle a explorés durant différentes périodes de sa carrière d’artiste entrecoupée par ses activités d’éditions de poésie. Ses travaux sont hantés par une force ancienne, primitive et mythologique, mais témoignent d’un état d’esprit très actuel et d’une vision critique sur le monde d’aujourd’hui. Le tout est porté par un rapport à la matière brut et gestuel particulièrement expressif.

Simone Fattal Rochechouart
De gauche à droite : Grand personnage jaune, 2002 ; Femme préhistorique, 2008 ; Poisson, 2016 ; Venus 2, 2006 ; Le grand maitre et le disciple, 1988

And last but not least, la visite se termine avec l’exposition « American Wedding » de Maxime Rossi et ses installations à paillettes que l’on parcourt dans une ambiance sombre et hallucinée, comme dans un rêve. On y découvre notamment une vidéo 4 en 1, qui peut se visionner à l’œil nu, avec des lunettes 3D ou en fermant un œil ou l’autre, chaque façon de regarder révélant des éléments de la vidéo sinon invisibles. Et on peut contempler le tout confortablement installé sur des poufs dessinés par le jeune artiste.

Aperçu d’un détail au sol d’American Wedding de Maxime Rossi

La déambulation dans le château prend la forme d’une discussion plutôt que d’une visite classique, et donne lieu à de nombreux échanges (on a même parlé météorite). Mais déjà il faut partir pour l’ultime étape de la journée.

Dernier arrêt : le Sirque de Nexon

L’Homme en bleu quitte donc un château pour un autre, celui de Nexon, dans le parc duquel il découvre le chapiteau du Pôle national du cirque. En bon VIP, il a assisté à un extrait d’un spectacle inédit, Le poil de la bête, qui sera présenté pendant la Route du Sirque à partir du 7 août. Spoilers et photos interdits donc, la saveur de la découverte est gardée aussi intacte que celle du prochain épisode de Game of Thrones (#teamJonSnow). On peut quand même dire que, comme son nom peut l’indiquer, le spectacle est construit autour d’un décor de (fausse) fourrure et se situe à la limite des mondes du conte et du cirque.

Affiche Route du Sirque 2017 Nexon
Pour retrouver le programme complet de l’édition 2017 de la Route du Sirque, c’est par ici. ©Pôle national du cirque de Nexon

Après un petit goûter sympathique en compagnie des artistes et des responsables du Sirque, l’Homme en bleu reprend sa route vers Limoges, l’esprit serein d’avoir accompli sa mission avec brio.

Vous pouvez aussi retrouver les actualités du réseau Cinq/25 via des chroniques radios proposées par Beaub FM 89 & Radio Vassivière ICI


Les Echappées d’Art Contemporain

Renseignements : http://cinqvingtcinq.org/echappees/
05 87 21 30 54
coordination@cinqvingtcinq.org

Tarifs : entre 5 et 10 €

DONNER MON AVIS